Les orthodontistes en pénurie dans certaines régions

Posté le 05/12/2012  —  Actualité précédente / suivante

On manque d’orthodontistes dans certaines régions de notre pays. Si les grandes villes sont bien servies, les agglomérations de taille moyenne et les campagnes connaissent un vrai manque de spécialistes.

En 2010, le SPF Santé publique recensait près de 390 orthodontistes en Belgique dont 232 en Flandre, 40 dans la Région Bruxelles-Capitale et 117 en Wallonie. Si le Brabant wallon et Liège comptent respectivement 34 et 41 spécialistes agréés, les provinces de Namur (12) et de Luxembourg (7) sont en revanche délaissées. Au niveau de la formation, chaque année, sept dentistes spécialisés en orthodontie sortent des universités francophones (ULB, UCL et ULg) selon le quota fixé par la commission de planification. Mais entre 2008 et 2010, il y a seulement eu six diplômés et en 2011, ils n’étaient plus que cinq.

Du côté de la demande de soins, on compte 40% d’enfants qui suivent un traitement orthodontique en Flandre, contre 30% dans le sud du pays. Ces vingt dernières années, la demande a progressé de manière constante de façon à ce que chez certains praticiens francophones (surtout dans la province de Luxembourg), il faut parfois attendre un an avant d’obtenir un rendez-vous.

Pour Michel Devriese, président de la Société de médecine dentaire, il est possible d’augmenter la capacité d’accueil avec le nombre actuel d’orthodontistes en leur permettant, par exemple, de déléguer leurs tâches et d’être secondés par un secrétaire médical ou un infirmier. A ce sujet, la Société a entrepris des démarches pour que la profession d’infirmer dentaire, qui existe dans de nombreux pays et en Flandre depuis deux ans, soit reconnue.

L’Avenir, 5 décembre 2012 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus