Réglementation de la médecine esthétique

Posté le 07/06/2012  —  Actualité précédente / suivante

Un projet de loi, amendé par la ministre de la Santé Laurette Onkelinx, prévoit de créer un nouveau titre professionnel de médecin spécialiste en médecine esthétique non-chirurgicale.

Cette spécialité sera accordée aux médecins généralistes qui auront suivi une formation spécifique et qui ne pourront plus ensuite exercer la médecine générale. Les chirurgiens spécialisés en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, seront les seuls habilités à poser un acte de chirurgie esthétique. Les autres médecins spécialistes seront autorisés à pratiquer des actes de chirurgie ou de médecine esthétique dans le cadre anatomique de leur spécialité. En raison de leurs compétences particulières, les dermatologues pourront poser l’ensemble des actes de médecine esthétique et certains de chirurgie énumérés par la loi (greffe capillaire, dermo-abrasion, lipo-aspiration, etc.). Quant aux esthéticiens et esthéticiennes, moyennant une formation spécifique dont le contenu sera défini par arrêté royal, ils pourront continuer à réaliser des épilations au laser.

Toute intervention devra être précédée d’une information complète du patient (conditions de réalisation, techniques et produits utilisés, risques potentiels et estimation du coût). Les mineurs devront passer par une concertation avec un psychologue ou un psychiatre.

Le Soir, 7 juin 2012

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus