Risque de pénurie dans le secteur de la puériculture

Posté le 08/02/2023  —  Actualité précédente / suivante

Le plan Cigogne de la ministre Bénédicte Linard prévoit 5200 places supplémentaires au sein des milieux d’accueil alors que ces derniers manquent déjà de personnel. 

Une étude est actuellement menée par l’ONE, le Forem, Actiris et les employeurs du secteur afin d’objectiver la pénurie, de cibler les problèmes et de définir les actions à mener. 

Jusqu’à présent, aucun accord n’est établi concernant la pénurie. Une différence significative entre le nombre de personnes engagées et la présence effective de celles-ci sur le terrain pointe plutôt la pénibilité et le cumul des difficultés. Néanmoins, il est clair que le secteur n’attire plus autant qu'avant ; les vocations y sont de moins en moins nombreuses. 

Pour remédier à cette situation, l’idée mise sur la table est de créer une réserve de recrutement pour remplacer les accueillantes absentes. Mais aussi, de renforcer les formations et d’admettre les profils aptes tout en maintenant l’exigence de qualité nécessaire. 

L’avenir, 8 février 2023


4 commentaires

Plennevaux Vincianne - Il y a 8 mois

Bonjour quelle différence entre accueillante d'enfants et puéricultrice? merci d'avance

SIEP - Il y a 8 mois

Bonjour Vincianne, Vous trouverez une fiche détaillée pour chacun de ces métiers via ces liens : puericulteur-puericultrice --- accueillant·e-d'enfantsQuestion débouchés, il y a plus de similitudes que de différences étant donné que tous deux sont liés à la prise en charge des enfants, à en assurer l'accueil et l'encadrement, à veiller à leur bien-être, et à faciliter leur éveil et leur autonomie. Ils sont l'un comme l'autre reconnus par l'ONE comme titres requis en matière de formation initiale du personnel d'accueil. Question formation, il y a toutefois une différence notable : la puériculture est exclusivement organisée en école secondaire et comporte 3 années d'études en temps plein de jour, alors que la formation d'accueillante d'enfants peut être suivie en 2 ans à l'IFAPME, les cours se donnant pour la plupart en horaire décalé (en soirées et/ou le samedi). Enfin, il existe également un certificat propre à l'enseignement de promotion sociale d'auxiliaire de l'enfance proposant une formation de 12 à 15 mois en journée.A noter qu'en septembre 2023 s'ouvre un nouveau bachelier professionnalisant (bac+3) en accueil et éducation du jeune enfant qui se déroulera en 180 crédits répartis sur 3 années d'études.

Krim-Arbi - Il y a 9 mois

Bonjour, je voudrais savoir si j’avais droit aux allocation de chômage si je reprenais des études en tant que puéricultrice… merci d’avance bonne journée 

SIEP - Il y a 9 mois

Bonjour, Si vous êtes chômeuse indemnisée et que vous souhaitez suivre des études, une formation ou un stage tout en conservant vos allocations de chômage, vous devez vérifier auprès du FOREM si vous êtes dispensée d’un certain nombre d’obligations. Voir aussi ce lien.

Publier un commentaire

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.