Psychiatre aux Chênes aux Haies.

Depuis quelle année êtes vous psychiatre aux Chênes aux Haies ?

Je suis dans cette institution depuis 1991. Auparavant, j'ai fait un service civil et la formation universitaire.

Vous êtes responsable de deux pavillons et de quelles pathologiques au sein de cet hôpital ?

Je m'occupe de psychose mais ce n'est pas exclusif. J'ai essayé d'instaurer un certain modèle de travail dans l'un des pavillons de l'institution et le fait est que c'est plutôt à une population de psychotiques que cela s'adresse. Statistiquement dans cet hôpital, c'est la population majoritaire, mais ce n'est pas exclusif, si l'admission d'un autre type de pathologie a du sens et bien cela se fera. Dans le deuxième pavillon, ce sont des psychoses également mais chez des personnes âgées.

Que représente cette fonction, cette mission ?

Cela veut dire pour moi que j'ai un service qui fait 30 lits et que j'organise à ma façon. Dès lors qu'un patient entre ce pavillon, j'ai la responsabilité des soins qu'il y reçoit jusqu'à sa sortie. Chacun à son style, sa référence, j'ai la liberté d'orienter la prise en charge à ma façon avec toute la nuance qu'il y a puisque le travail se fait non pas uniquement par ma personne mais que l'on travaille en équipe. Cela se complexifie puisqu'il y a un certain nombre d'intervenants. L'impulsion du départ est celle que j'ai proposé.

De quel projet s'agit-il ?

Dans le pavillon de ces "psychoses aiguës" c'est un pavillon d'hospitalisation qui se réfère à la psychothérapie institutionnelle. J'ai pensé pour des raisons théoriques qu'il était important d'ouvrir un espace tel que celui là. J'ai à un moment donné, rédigé un article et fait passer ce document, j'ai proposé des réunions pour faire part de ce projet à qui désirait l'entendre. J'ai lancé une invitation aux personnes intéressées de travailler avec moi à ce projet et de m'adresser un courrier y faisant mention des raisons pour lesquelles ils étaient intéressés. Cela a été le point de départ du projet, une certaine équipe s'est modelée avec le temps, avec des référents théoriques.

Quel évolution peut on imaginer pour ce service dans les années qui vont suivre ?

Il est difficile de projeter le devenir de ce service. En 1991, lorsque je suis arrivé, j'ai commencé en lançant ce que l'on a appelé l'ETPM - espace transitionnel passe muraille. Lorsque je suis entré, j'ai rencontré les acteurs de terrain essentiellement des paramédicaux, nous avons constitué une équipe pour travailler uniquement avec des médiateurs : du dessin, de la sculpture. C'est un service où il n'y a pas de patient mais les gens viennent sur rendez-vous. Il y avait quelque chose de l'ordre du rapport à l'autre au travers d'un médiateur pour des gens pour qui la parole n'est pas toujours l'outil le plus évident. 

Qu'avez vous pu observer tout au long de ces années autour de cette approche phénoménologique que vous avez intégrée dans cet hôpital au travers de ce projet de l'ETPM ?

C'est une gageure de faire un projet comme celui là dans un hôpital psychiatrique. C'est une gageure par rapport aux attentes politiques et à la direction, à toutes sortes de contraintes, c'est difficile parce que cela suppose un chemin personnel particulier. La position est très différente de la psychiatrie classique puisque l'on ne peut pas s'intéresser à cette dimension là sans le payer de son engagement personnel au sens fort. 

Comment se passe l'admission d'un patient au sein de cet hôpital, au delà de l'identification de la pathologie, qui justifierait que celui ci soit pris en charge par un pavillon plutôt qu'un autre ?

C'est le hasard des circonstances. Idéalement il faudrait que lors d'une demande d'admission, on fasse un entretien préalable et c'est ce que je fais chaque fois que cela est possible. Parce que les demandeurs n'acceptent pas vraiment cela. La plupart du temps ce sont des demandes de transfert qui est organisé en fonction des places disponibles et dans un délai très court. 

Vous êtes responsable d'une équipe pluridisciplinaire, est ce vous qui gérez le recrutement ? Est-ce vous qui décidez de la composition de votre équipe ?

Au départ, le projet a été lancé avec des personnes qui se sont portées candidates. Il y a une acceptation de la direction et il y a une tolérance dans cet hôpital. Ces personnes qui se sont proposées se sont donc en partie trouvée dans l'équipe. Au delà de cela pour les engagements, les personnes de la direction qui ont la charge des engagements sont censés savoir que dans tel pavillon on travaille plutôt sur tel ou tel modèle référentiel. J'aurais aimé avoir une voix consultative mais je n'ai pas été reçu dans ce sens.

Vous avez suivi une formation de psychiatre et ensuite vous avez acquis d'autres compétences, quelles sont-elles ?

J'ai un parcours analytique et une pratique. Je suis psychanalyste par ailleurs en privé. Etre psychanalyste cela veut dire être psychanalysé, il y a l'entrée dans un rapport à la vie qui est celui là, c'est une formation qui ne se définit pas par le temps, c'est une formation permanente, un mode d'être. Il y a des séminaires, des conférences auxquelles j'assiste chemin faisant.
J'ai été médecin psychiatre durant trois ans dans une institution qui travaillait sur ce modèle psychanalytique et qui s'appelle "la traversière". J'ai porté mon intérêt sur la phénoménologie et la philosophie.

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant qui voudrait s'orienter vers la psychiatrie et plus particulièrement vers le courant psychanalytique ?

Je ne vois pas bien le type de conseil à donner, c'est de l'ordre de l'expérience de vie. C'est un chemin extrêmement personnel.
Quand on s'engage vis à vis d'un patient, c'est jusqu'au bout et cela peut être très long, particulièrement avec la psychose.

Quelles sont les difficultés particulières de votre métier ?

Il y a des difficultés liées à l'institution, à l'équipe. Par rapport au patient c'est l'engagement personnel. On ne peut soutenir le travail avec un patient que jusqu'où on est allé soi même. Cela suppose un travail profond et une remise en question qu'il faut tenir au fil du temps. Je pense que les patients qui viennent sont en souffrance, ils nous confrontent à des sentiments pas toujours facile à gérer. Notre responsabilité est de tenir. 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus