Les aspirations professionnelles des jeunes ont peu évolué en 20 ans

Posté le 23/01/2020  —  Actualité précédente / suivante

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a sondé les attentes des jeunes de 15 ans en matière de carrière professionnelle et les résultats sont plutôt étonnants.

Les jeunes sont peu attirés par le numérique

Alors que l'on s'adresse à une génération qui a grandi avec le numérique, on pourrait s'attendre à voir émerger des vocations autour des nouvelles technologies. Or, ces jeunes rêvent de métiers particulièrement traditionnels. Voici la liste des professions plébiscitées, qui a fort peu évolué depuis la dernière enquête similaire réalisée en 2000, avant l'arrivée des médias sociaux et de l'intelligence artificielle :

  • médecin;
  • enseignant ;
  • chef d'entreprise;
  • infirmier;
  • secteur du droit;
  • ingénieur;
  • nouvelles technologies;
  • vétérinaire;
  • policier.

Selon le directeur de l'éducation et des compétences de l'OCDE, il est préoccupant de constater que les jeunes se cantonnent à une liste restreinte de professions classiques. Cela démontre un manque de connaissance des nouveaux types de métiers qui se créent, notamment en lien avec la transformation numérique de l'économie. Avec le risque que ces jeunes se dirigent vers des métiers qui vont évoluer voire disparaître dans les prochaines années.

De façon générale, on constate également que les choix des belges sont conformes à la moyenne des pays de l'OCDE.

Une corrélation peut être réalisée entre cette liste réduite de métiers et d'autres éléments:

  • l'origine sociale a une influence sur le nombre de professions évoquées : plus elle est faible moins les choix sont diversifiés;
  • plus les résultats aux tests Pisa sont faibles plus le choix se porte sur la tradition;
  • les stéréotypes de genre ont la vie dure: à compétences égales en sciences, les garçons opteront davantage pour le métier d'ingénieur tandis que les filles se dirigeront vers le secteur de la santé.

L'étude montre également que la plupart des jeunes n'ont pas conscience du nombre d'années d'études nécessaires pour atteindre leur objectif professionnel, ce qui pourrait les amener à des déconvenues importantes.

Importance d'une bonne orientation 

Selon l'OCDE, plusieurs démarches peuvent être réalisées pour ouvrir largement le champ des métiers possibles. Il cite notamment des initiatives telles que la visite des salons des études, la rencontre avec des professionnels, la participation à des stages mais aussi la rencontre avec un conseiller d'orientation.

Le Soir, 23 janvier 2020

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.