Julie Vanderkelen,
Distributrice de films

Interview réalisée en août 2010

Julie est responsable de la production de films en DVD chez Cinéart.

 

Pouvez-vous retracer en quelques lignes votre parcours scolaire?

J’ai fait mes études secondaires au Collège du Sacré-Coeur de Ganshoren. J’ai ensuite fait un graduat d’Assistant social à l’ISFSC (Institut Supérieur de Formation Sociale et Communication) que j’ai complété par une licence en Information et Communication (option Animation Socio-Culturelle) à l’ULB.

 

Quel est votre parcours professionnel?

Deux stages ont été très importants dans mon parcours scolaire lors de ma licence à l’ULB. Le premier, chez Libération Films, m’a ouvert les portes du secteur cinématographique et le deuxième, au Festival Cinémas d’Espagne et d’Amérique latine où j’ai été engagée à la fin de mon stage et où j’ai travaillé durant un an. Au début bénévolement et ensuite sous contrat.

 

J’ai ensuite travaillé chez Twin Pics, une société qui a été créée par PIAS, distributeur indépendant de musique et Cinéart, société de distribution de films indépendants. Après deux années chez Twin Pics, j’ai rejoint l’équipe de production DVD chez Cinéart dans laquelle je travaille depuis un an.

 

Quelle est exactement votre fonction chez Cinéart?

Je suis responsable de la production de films en DVD. Cela veut dire que je réunis tous les éléments nécessaires à la fabrication d’un DVD: nous commandons le film sur support utilisable pour le DVD, le son, nous élaborons le budget, les jaquettes du DVD (avec l’aide de graphistes), les menus, les éventuels bonus, que nous achetons ou nous réalisons parfois nous-mêmes, nous coordonnons les campagnes promotionnelles liés à la sortie du DVD en magasin, etc.

 

Pourquoi avez-vous eu envie de travailler dans le milieu du cinéma? Qu’est-ce qui vous a attiré?

L’envie a toujours été là mais je ne pensais pas que cela pouvait être réalisable jusqu’à la fin de mes humanités. Le premier déclic a eu lieu en première année de mon graduat d’assistante sociale où lorsque j’ai du choisir un thème pour un travail, j’ai proposé «Le cinéma social». On m’a répondu que je m’étais trompée d’étage et que la section communication était un étage plus bas… Ce qui ne m’a pas empêché de continuer mes études d’assistante sociale avec beaucoup de bonheur, tout en terminant

par une licence en communication! Mes deux stages de licence m’ont permis de prendre conscience qu’il était tout à fait possible de travailler dans ce secteur.

 

En quoi consiste exactement la distribution de films? Quelles sont les différentes étapes?

La distribution des films est l’une des étapes dans le parcours de la vie d’un film.

 

Un film est d’abord produit, réalisé. Les droits de distribuer celui-ci sur un territoire sont ensuite achetés par un distributeur. Le film sera alors exploité, c’est-à-dire, loué par des salles de cinéma. Il sera ensuite édité en DVD, proposé en Video-on-demand (VOD) et puis diffusé à la télévision. Les choix des films acquis par le distributeur se font soit sur base d’un scénario, soit après vision du film, soit après projection en festival, en fonction de ses goûts personnels, de la ligne éditoriale de la société qu’il représente.

 

Le distributeur organise la programmation des films, en les proposant aux différentes salles de cinéma. Il met également sur pied les campagnes de promotion et de marketing visant à faire connaître le film. Il contacte la presse et donne le matériel nécessaire à la communication du film. Il fait éventuellement venir l’équipe du film lors d’une avant-première et/ou de journées presses.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier?

Il y a énormément d’avantages à travailler dans ce secteur. Toute la journée, je parle de ce qui me plaît, je vais au cinéma toute les semaines et j’apprends énormément de choses grâce aux films du monde entier que j’ai l’occasion de voir. Il y a, comme toujours, quelques inconvénients. Un de mes hobbys étant devenu mon métier, c’est parfois dur de regarder un film sans se poser plein de questions relatives au travail. Je suis également devenue plus exigeante quant à la qualité des films que je regarde.

 

D’après vous, quelles sont les qualités qu’il faut posséder si l’on veut travailler dans ce métier?

Une bonne capacité d’organisation, pouvoir jongler avec beaucoup de contacts et des tâches différentes, une capacité à résister au stress, une bonne connaissance des langues (néerlandais en premier lieu, mais également l’anglais), on jongle également avec tout un aspect créatif du métier tout en ayant des connaissances techniques propres à la production. Il faut également avoir une connaissance des médias pour la promotion et le marketing.

 

Quel est l’horaire de travail?

Nous avons un horaire de base moyen de 8h30-9h à 17h-18h30 et plus en période chargée. A côté de cela, il y a parfois de petits extras comme les avant-premières ou les tournages de bonus qui se font parfois en dehors des heures de travail mais c’est assez rare au département DVD. C’est par contre beaucoup plus fréquent pour mes collègues qui s’occupent de la programmation et de la promotion des films lors de leurs sorties en salles.

 

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui a envie de se lancer dans le milieu?

Je conseillerais de ne pas hésiter à sortir des grands complexes cinématographiques, et d’aller dans les salles d’art et essai. Les festivals sont aussi toujours à la recherche de bénévoles, c’est un très chouette moyen de voir beaucoup de films et de faire la connaissance de professionnels du métier qui peuvent aiguiller les personnes qui ont envie de travailler dans ce secteur. Le cinéma touche également à beaucoup de domaines différents: artistique, technique, légal, marketing, presse… Il y a beaucoup de façons différentes d’aborder le cinéma. Et bien sûr, la connaissance des langues est toujours un atout.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.