Monsieur H, Huissier de Justice

L'huissier de justice n'a pas bonne presse auprès du grand public. Et pourtant cette profession recèle des facettes bien plus valorisantes que celles que l'on attribue généralement. C'est ce que l'huissier que nous avons rencontré tend à démontrer. 

Que pensez-vous de cette étiquette négative que l'on colle généralement aux huissiers de justice ?

Il est évident qu'on nous colle une drôle d'étiquette sur le dos. On nous perçoit surtout comme un redresseur de torts qui pratique les saisies. Cette vision est simpliste, à la limite de la caricature. On oublie que ce métier est nécessaire au bon ordre et au bon fonctionnement de la société. Il ne faudrait pas oublier que chacun d'entre nous a des droits et des obligations à remplir. Les huissiers veillent à ce que ce soit effectivement le cas.

Comment définiriez-vous votre rôle d'huissier ?

J'aime me définir comme étant un auxiliaire de justice, un officier ministériel assermenté, neutre, qui est chargé de préserver les droits des uns et des autres, un chaînon humain entre deux parties et un informateur. On a un rôle de conciliateur social entre le pouvoir judiciaire et le justiciable. Trouver une solution équitable qui satisfasse les deux parties est de notre ressort.

Qui peut faire appel à un huissier ?

Le plus souvent, ce sont des avocats qui nous contactent. Mais on remarque que de plus en plus de particuliers et de petites et moyennes entreprises font appel à nous. Par exemple, le propriétaire d'un immeuble qui se plaint d'un locataire qui ne paie pas son loyer, un mari qui veut faire constater l'adultère de son épouse,...

Quelles sont les tâches les plus fréquentes qu'un huissier est amené à effectuer ?

Récupérations de créance, les matières sur l'état de personnes (divorce, désaveu de paternité,...), les ventes publiques judiciaires ou volontaires, les actes d'opposition et d'appel, les constats d'adultère, les constats pour des litiges entre privés,...

Les parquets nous requièrent également pour toutes les citations et les significations (convocation des jurés d'assises, citation devant le tribunal de police pour excès de vitesse, signification des jugements des juridictions pénales,...)

Quelles sont les difficultés qu'un huissier peut rencontrer dans l'exercice de sa fonction ?

On a parfois affaire à des gens qui nous agressent verbalement. L'agression physique est extrêmement rare. Personnellement, cela ne m'est encore jamais arrivé. Fort heureusement d'ailleurs.

Dans le même ordre d'idée, il peut arriver que nous soyons victimes de petits vandalismes telles que des vitres brisées par exemple. Mais c'est assez anecdotique. 

N'y a t il jamais tentative de corruption ?

La profession offre peu d'ouverture à la corruption. Ceux qui le voudraient se laisser tenter savent qu'il existe une structure qui se chargerait de les remettre sur le droit chemin. Plutôt que de tentatives de corruption, certaines personnes essaient de nous « attendrir » sur leur situation. Il est exact que parfois des gens sont foncièrement honnêtes, mais d'autres sont de réels escrocs. Dans tous les cas, il ne faut de toutes façons jamais perdre de vue que nous sommes là pour exécuter les jugements quels qu'ils soient.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai fait ma licence en droit à l'UCL puis j'ai fait un an de stage au barreau. Mais cela ne me plaisait guère pour différentes raisons. Mon maître de stage m'a alors suggéré de m'orienter plutôt vers le métier d'huissier. Je connaissais un peu cette profession car au cours de cette année de stage j'ai été amené à en fréquenter quelques-uns. L'un d'entre eux a accepté de me prendre à l'essai durant deux semaines. J'ai effectué chez lui un stage rémunéré d'un an. Actuellement (en 2002), la durée de ce stage est de deux ans mais il est question de la prolonger d'encore une année dans un futur proche. 

Au cours de ce stage, j'ai appris l'  « abc » du métier. J'ai ainsi découvert comment s'organisait une étude (tâches fiscales, sociales, comptables,...), j'ai rédigé des actes, j'ai accompagné mon maître de stage sur le terrain ce qui m'a permis d'apprendre comment pratiquer un constat et une saisie,... A la fin de l'année, il a remis à la Chambre d'arrondissement des Huissiers de Justice un rapport favorable me concernant. J'ai ainsi été huissier suppléant. C'est-à-dire que je devais me tenir prêt à remplacer un huissier qui, pour une raison ou pour une autre, ne pouvait plus assurer sa tâche.

Il n'est pas évident de trouver une étude. Le nombre de huissiers est défini par arrêté royal. Je connais des huissiers qui n'ont jamais trouvé d'étude et qui ont travaillé toute leur vie en tant qu'employé ou comme suppléant. Pour ma part, j'ai eu la chance que mon maître de stage m'ait demandé de m'associer avec lui.

Comment se passe cette collaboration entre votre associé et vous ? Qui fait quoi ?

La masse de travail est tellement conséquente que nous ne sommes pas trop de deux ! L'un reste au bureau pour superviser toutes les tâches administratives et juridiques, accueillir et informer les gens tandis que l'autre est sur le terrain et pratique les constats, les saisies, signifie les actes,...

En outre, nous avons ici dans notre étude 18 salariés qui nous aident grandement dans nos tâches en s'occupant spécifiquement de l'administratif. Il y a quelques gradués en droit mais pas uniquement.

Quelles formations ont vos collaborateurs ?

Ce sont des gens que nous avons formé nous-mêmes, qui ont appris le métier sur le tas. Nous avons donc quelques gradués mais pas uniquement. Pour travailler au sein d'une étude d'huissier, il n'est pas nécessaire, à mon avis, d'être un spécialiste du droit. Il est évident qu'il vaut mieux marquer un certain pour les matières du droit mais il faut surtout avoir un gros désir d'apprendre. 

Quelles qualités sont prépondérantes pour exercer de la meilleure manière qui soit le métier d'huissier ?

Le sens du contact et la diplomatie. Avoir du sang-froid en toutes circonstances. Il faut aussi faire preuve d'humanité ou d'intransigeance, selon les cas.

Comme autres qualités je vois la résistance au stress. Vous n'imaginez pas le nombre de dossiers qu'on doit traiter en urgence !

Quels conseils pourriez-vous donner à un jeune désireux d'embrasser la profession ?

Le choix du lieu et du maître du stage est prépondérant. Il faut essayer de trouver un huissier qui vous permettra de faire un grand nombre de tâches variées et qui s'engagera à vous montrer les différentes facettes du métier. 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.