Les étudiants pas tous égaux devant les revenus d’intégration

Posté le 25/10/2012  —  Actualité précédente / suivante

Une étude menée par l’Institut pour un Développement Durable (IDD) pointe du doigt les larges disparités entre CPAS concernant l’octroi du revenu d’intégration étudiant (RIE).

Le REI vient en aide aux jeunes qui veulent entamer, reprendre ou poursuivre des études. Il s’agit d’une aide de 785€ par mois (1047€ pour ceux qui sont en ménage) destinée à financer logement, nourriture, inscription aux études, matériel de cours, etc. Fin 2011, la Belgique comptait 10 839 jeunes étudiants aidés par les CPAS, dont 5634 en Wallonie. Les profils sont variés : jeunes dont les parents sont en difficulté, abandonnés par leurs parents, avec un parcours chaotique, placés en institution...

L’étude signale une grande disparité entre les CPAS qui accordent ou non ce RIE. A Bruxelles, le pourcentage d’étudiants par CPAS peut varier de 13% à Forest à 61% à Ganshoren. En Wallonie, on passe de 19% à Charleroi à 50% à La Louvière. Cela peut s’expliquer par le fait que les CPAS sont débordés face aux nombreuses demandes de plus en plus variées et ne peuvent pas tout assumer. D’autant plus que la démarche des RIE représente une double charge pour le CPAS : financière mais aussi humaine puisque le jeune est encadré, suivi par un-e assistant-e social-e.

L’étude fait état du projet du ministre Marcourt qui a lui-même commandé une étude afin d’ébaucher un « référentiel commun », visant à unifier les pratiques de chaque CPAS.

L’Avenir et le Soir, 25 octobre 2012 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus