Les jeunes peinent à trouver un emploi

Posté le 26/09/2012  —  Actualité précédente / suivante

Si en 2011, le taux de chômage chez les jeunes diminuait, les premières tendances de 2012 ne semblent pas aussi positives.

Chaque année depuis cinq ans, le Forem publie le rapport d’une analyse qui consiste à étudier le taux d’insertion des nouveaux diplômés sur une durée de six mois après leur inscription comme demandeurs d’emploi. Ce taux ne cesse de baisser puisqu’en 2007, il était de 61% et qu’il n’est plus qu’à 56% en 2011. Par ailleurs, en juin de cette année, le taux de chômage des moins de 25 ans était de 28,5%, contre 27,4% à pareille époque, en 2011.

Selon le rapport, les études qui permettent un contact concret avec le monde professionnel semblent donner plus facilement accès à l’emploi. Les études supérieures de type court et les contrats d’apprentissage sont particulièrement concernés. Les filières générales du secondaire éprouvent, par contre, plus de difficultés puisque près de la moitié des nouveaux inscrits au Forem disposent de ce diplôme. Par ailleurs, le diplôme universitaire ne suppose pas toujours un accès plus aisé au premier emploi, même si certains profils, comme les médecins, s’insèrent généralement très rapidement.

L’étude révèle également que près d’un tiers des jeunes ayant trouvé un emploi dans les six mois ont été engagés par le secteur intérimaire. Les secteurs de l’enseignement secondaire, de l’administration, les activités hospitalières, le commerce, la restauration, la construction, l’électricité et la plomberie viennent ensuite. Quant aux secteurs porteurs pour les jeunes, ils dépendront de la filière d’étude. Les infirmiers et les conducteurs poids lourds sont notamment recherchés parmi les diplômés de l’enseignement professionnel tandis que les spécialisés en mécanique, électricité ou encore électromécanique sont les profils qui auront le plus de chances d’être embauchés dans l’enseignement technique. Dans l’enseignement supérieur de type court et universitaire, les formations relatives à l’enseignement, aux sciences biomédicales, à la pharmacie et les diplômes d’ingénieurs sont plus prisées.

Le Soir, 26 septembre 2012

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus