Siep Logo

Sous-fiche de Médecin généraliste

Médecin du sport

Santé & bien-être / Pratique médicale

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé Métier en pénurie en Région bruxelloise Métier en pénurie en Région bruxelloise
Mise à jour 07/09/2020

Le médecin du sport est spécialisé dans la prévention, le diagnostic et le traitement des pathologies liées au sport de toutes disciplines et pouvant affecter les performances des sportifs de tous niveaux. 

Il maîtrise la physiologie, la psychologie, la biologie du sport (métabolisme, adaptation du corps à l’effort, entrainement et surentrainement, récupération, biométrie, nutrition, etc.) et les spécificités de la pratique sportive selon l’âge, l’état de santé du patient, le niveau pratiqué, le matériel utilisé et l’environnement. 

D’un point de vue préventif, il examine le patient (électrocardiogramme, échographie cardiaque, test à l’effort, etc.) et évalue son aptitude à pratiquer un sport en particulier et les risques potentiels liés à l’activité. Ensuite, il élabore un programme d’entrainements spécifiques et personnalisés tenant compte de l’état global du patient.

Chez les personnes présentant diverses affections telles que surcharge pondérale, diabète, hypertension artérielle, dépression, anxiété, il peut proposer du sport comme outil thérapeutique. L’activité physique a un impact positif dans le traitement de ces pathologies.

Chez les sportifs débutants, les lésions peuvent être causées par une mauvaise utilisation du matériel ou le recours à des accessoires inadaptés. Une mauvaise technique gestuelle peut aussi provoquer des problèmes. Le médecin sportif donne des recommandations pour un usage adapté. 

Pour les sportifs de haut niveau, la pratique soutenue peut avoir des impacts positifs mais aussi négatifs. Le médecin sportif veillera à contrôler et prévenir les surcharges pouvant causer diverses lésions. De plus, il peut être amené à accompagner des sportifs individuels ou des équipes en compétition. Il devra alors anticiper tous les problèmes éventuels qui pourraient survenir en fonction des conditions météorologiques, notamment et de l’endroit. Il doit connaître les règlements qui concernent la lutte contre le dopage.

D’un point de vue curatif, il s’occupe de sportifs souffrant de traumatismes articulaires ou musculaires, de problèmes cardiaques ou respiratoires, etc. Il recherche avec chacun une solution adaptée au niveau, aux espérances et à la condition physique. 

Le médecin sportif doit veiller à respecter la biologie de la cicatrisation des tissus avant la reprise des activités physiques. Le repos et la rééducation avec un kinésithérapeute sont souvent prescrits. Le sportif se remet ensuite progressivement à faire du sport sous les conseils avisés du spécialiste en médecine sportive. Pour les débutants, il arrive que des cours de sport donnés par un professionnel soient conseillés pour acquérir les bons gestes.

 

Compétences & actions

  • Poser un diagnostic à partir d’examens médicaux spécifiques
  • Prendre en charge les sportifs et organiser un programme de rééducation
  • Assurer un suivi médical du sportif en compétition
  • Exposer aux patients les différentes options thérapeutiques qui s’offrent à eux
  • Parfaire ses connaissances des différentes pathologies rencontrées par les sportifs

Savoir-être

  • Précision et minutie
  • Patience
  • Capacité d’écoute
  • Flexibilité
  • Intérêt pour les nouvelles technologies
  • Sens de la psychologie
  • Rigueur
  • Motivation 
  • Intérêt accru pour le sport
  • Bonne condition physique
  • Disponibilité

Cadre professionnel

Le médecin du sport travaille en étroite collaboration avec une équipe pluridisciplinaire (ergothérapeute, kinésithérapeute, neuropsychologue, chirurgien orthopédiste, etc.)

Il travaille dans un hôpital, une clinique ou un cabinet privé. Il peut également travailler dans des clubs sportifs. 

Conditions requises

En Belgique, la médecine du sport n’est pas une spécialité médicale reconnue. L’INAMI[1] ne reconnaît aucune nomenclature spécifique accessible aux médecins du sport. Un médecin ne peut se prévaloir du titre de « médecin du sport » que s’il peut démontrer des compétences particulières acquises, entre autres, par les formations suivantes : les diplômes, certificats ou autres attestations en médecine du sport énoncés à l’article 6 de l’arrêté du Gouvernement flamand du 20 juin 2008 portant exécution du décret du 13 juillet 2007 relatif à la pratique du sport dans le respect des impératifs de santé (et d’éthique), sanctionnent des formations destinées à permettre l’exercice de la fonction de médecin du sport dans des organisations et fédérations sportives. Ils attestent qu’un médecin, qu’il soit généraliste ou spécialiste, dispose d’une qualification particulière sur le plan médico-sportif.

[1] Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité

Formations

Après les études de base (bachelier en 3 ans et master en 3 ans), le médecin peut compléter sa formation par un certificat interuniversitaire en médecine du sport. En outre, les médecins ont accès à la 2e année du master en sciences de la motricité - orientation générale dans la finalité pathologies sportives et au certificat universitaire en pathologies en milieu sportif. Ces études visent une prise en charge cohérente des différentes pathologies liées à la pratique sportive (du sportif amateur au sportif de haut niveau) ainsi que le dépistage et la prévention des facteurs de risque.

Nous vous invitons aussi à découvrir les formations menant au métier Médecin généraliste.

Les liens formations-métiers sont mis à jour annuellement.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus