Le parqueteur est spécialisé dans la pose, l’entretien et la restauration de parquets intérieurs (maison, appartement, bureau, salle de sport, etc.) et extérieurs (terrasse, abords de piscine). D’un profil similaire à celui du menuisier, il est capable de placer ce revêtement de sol qui est composé d’un assemblage de lames de bois. 

Dans un premier temps, il effectue une visite du chantier pour évaluer l’état du sol, prendre des mesures et analyser la surface à recouvrir. Il tient compte de l'esthétique de la pièce (mur, mobilier), de sa fréquentation (élevée ou non) et du taux d’humidité (salle de bain).

Il conseille le client sur les différents types de parquets (parquet massif[1], contrecollé[2], stratifié[3]) et leur pose (collée, clouée, flottante), l’épaisseurs des lames, les essences de bois (chêne, noyer, teck, etc.) et leurs propriétés. Ce revêtement de sol peut aussi présenter des motifs variés : à l’anglaise[4], à la française[5], en point de Hongrie[6], en échelle[7], géométriques (carrés, hexagones).

Une fois que le client a fait son choix, il calcule la quantité de lattes, le matériel et les jours de travail nécessaire à la réalisation. Il rédige alors un devis qu’il transmet au client ou à l’entreprise pour laquelle il travaille. Une fois le devis validé, le chantier peut débuter.

Il commence par la préparation de la surface du sol. Soit, il retire le revêtement précédent (moquette, linoleum, PVC), soit il pose directement le parquet sur la surface existante (céramique, marbre, pierre). S'il s'agit d'une nouvelle construction, il vérifie que la chape soit posée de manière homogène. Si nécessaire, il égalise et nivelle le sol préalablement. 

Ensuite, il procède à la découpe et adapte les lattes à l’aide de scies à bois, découpeuses, grignoteuses pour les adapter aux dimensions et à la forme de l’espace à couvrir. Il les dispose au sol suivant le schéma de pose choisi par le client. Cette phase de travail est exigeante car elle varie selon le type de bois utilisé et les caractéristiques de la surface. 

Une fois le parquet posé, il doit attendre quelques jours avant de procéder au polissage et au ponçage permettant d’éliminer les dénivelés. La vitrification est la dernière étape qui consiste à appliquer en plusieurs couches un vitrificateur, un vernis ou une huile sur le parquet afin de le protéger contre l’usure du temps, le passage, les chocs et d’améliorer son aspect esthétique.

Mais le parqueteur ne s'occupe pas uniquement de la pose du parquet. Dans le cadre de travaux de rénovation et d’entretien, le parqueteur est souvent contacté pour restaurer et réparer des parquets qui se sont soulevés ou abimés avec le temps, remplacer des lames, polir, décaper ou vitrifier.

[1] Constitué d’une seule essence de bois noble (chêne, hêtre, etc.)

[2] Composé de trois épaisseurs collées ensemble : une première couche d’usure en bois noble, une deuxième en bois tendre et une troisième en contreplaqué.

[3] Est un sol qui imite le bois du parquet traditionnel. Il est constitué de fibres ou de particules de bois sur lequel on a posé une impression.

[4] Lames de bois parallèles de même largeur mais de longueur variable.

[5] Lames de bois qui ne sont toutes pas de la même largeur

[6] Lames de bois de longueur égale et assemblées en chevrons.

[7] Motif réalisé en posant des lames horizontalement, alignées pour former des barreaux, puis d’autres verticalement pour former les montants.

 

Compétences & actions

  • Connaitre les différentes essences de bois et leur spécificités (teintes, qualités au niveau de la résistance et de l’entretien)
  • Choisir le type de parquet à poser en fonction des conditions d’utilisation des lieux
  • Maitriser les techniques de pose adaptées aux types de parquet et à l’ouvrage à réaliser (pose collée, pose clouée, pose flottante)
  • Préparer un plan de pose du parquet
  • Utiliser les outils et machines de coupe adéquats (ponceuse à parquet, scies à bois, découpeuses, etc.)
  • Poser le parquet en suivant le schéma établi
  • Réaliser la finition (poncer, appliquer un vernis, ajuster les plinthes et entre portes, etc.)
  • Gérer la mise en œuvre d’un chantier
  • Remplacer et rénover les parquets anciens
  • Conseiller et orienter le client en fonction de ses besoins
  • Etablir un devis
  • Donner des conseils au client pour le nettoyage et l’entretien du parquet
  • Respecter les normes acoustiques, thermiques et d’isolation

Savoir-être

  • Sens artistique
  • Attirance pour le travail du bois
  • Rigueur et organisation
  • Précision, minutie, habileté manuelle
  • Patience
  • Bonne représentation spatiale
  • Goût pour le travail propre et soigné
  • Facilités de contact et d’écoute
  • Sens des relations commerciales
  • Résistance physique

Cadre professionnel

Le parqueteur travaille comme artisan indépendant ou comme employé pour une entreprise de vente et de pose de revêtements de sols. Avec de l’expérience, il peut, par exemple, devenir chef d’équipe d’un groupe d’artisans. 

En raison de l’évolution constante des chantiers et projets, il se déplace dans des lieux différents et variés (ex. : poser un parquet dans le salon d’une nouvelle construction, restaurer un ancien parquet d’un vieux bâtiment, etc.). Employé dans une entreprise, il effectue une partie de son travail pour conseiller le client et définir le type de parquet qu’il souhaite. La plupart du temps, il est sur chantier. 

Ce professionnel doit faire preuve d’une grande résistance physique pour transporter et soulever les matériaux et supporter de longues heures de travail en position agenouillée. 

Afin d'éviter d'ingérer des poussières fines et d'inhaler des substances nocives, il doit porter un masque de protection pour les yeux et la bouche.

Conditions requises

Pour s'installer comme indépendant, le parqueteur doit disposer des connaissances de gestion de base et des capacités professionnelles (arrêté royal du 29/01/2007) en menuiserie générale (placement et réparation de recouvrements de murs et de sols par des matériaux solides). 

Les capacités professionnelles peuvent être prouvées via un des titres suivants :

1° un titre relatif à la menuiserie, à l'ébénisterie ou le travail du bois, délivré par :
   a) l'enseignement secondaire de plein exercice après avoir terminé la deuxième année du troisième degré, ainsi que l'enseignement spécialisé de la forme 4 qui est équivalent à celui-ci;
   b) l'enseignement de promotion sociale et l'enseignement pour adultes, dont le niveau est au moins équivalent au troisième degré de l'enseignement secondaire de plein exercice;
   c) l'enseignement en alternance, dans le cadre d'un engagement à temps plein et à condition que les leçons et l'expérience professionnelle aient été suivies fructueusement;
   d) l'enseignement des Classes moyennes, notamment l'apprentissage et la formation de chef d'entreprise;
   e) l'enseignement supérieur;
   2° un diplôme de master en sciences de l'ingénieur ou de l'architecture;
   3° une attestation du jury central du Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie relative à la compétence professionnelle des activités visées à l'article 19, § 1er, 1° et 2°;
   4° un ou plusieurs titres de compétence professionnelle relatifs à la compétence professionnelle des activités visées à l'article 19, § 1, 1° et 2°, délivrés conformément aux règlements d'une Communauté ou d'une Région

Autres appellations : Poseur·se de parquets, Parquettiste
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus