Siep Logo

Sous-fiche de Microbiologiste

Parasitologiste

Sciences / Sciences biologiques

Code Riasec IRS - Mise à jour 17/06/2015

Le parasitologiste ou parasitologue est le spécialiste des parasites, qui sont le plus souvent des micro-organismes eucaryotes (dont la cellule comporte un noyau) qui ne sont ni des virus, ni des bactéries, ni des champignons. Ces organismes tirent profit ou vivent aux dépens d’un autre, appelé hôte ou parasité. La parasitologie est la science qui étudie les parasites, leur mode de reproduction, leur résistance, leurs hôtes et leurs interactions mutuelles. Comme la plupart sont des êtres microscopiques cachés à l’intérieur de l’organisme parasité [1], la discipline est une section de la microbiologie. Elle se divise classiquement en plusieurs spécialités. La parasitologie médicale s'intéresse aux parasites de l'homme, un de ses objets d’étude est le paludisme qui représente un véritable fléau planétaire. La parasitologie végétale appelée également parasitologie agronomique s'intéresse aux parasites des plantes. Étant donné son rôle économique et alimentaire à travers la planète, cette spécialité biologique a des conséquences très importantes sur la chaîne alimentaire des êtres humains. La parasitologie vétérinaire correspond à l'étude des parasites chez l'animal.

Le parasitologiste effectue des recherches sur leurs effets nocifs sur l'organisme humain, animal ou végétal, en vue de mettre au point des mesures de prévention, des méthodes de traitement et des médicaments contre les parasites et les maladies qu'ils engendrent. Il fournit aussi des conseils pour résoudre des problèmes d'infestation parasitaire touchant des populations. Cela nécessite de comprendre la morphologie, les cycles vitaux et les modes d’actions des parasites sur l’organisme ainsi que les mécanismes de contagion d’une personne ou d’un animal à l’autre, pour établir des plans de prévention et de traitement aptes à enrayer les parasites aux différents stades de leur croissance (œuf, état larvaire, etc.).

Ses découvertes conduisent à de nombreuses applications pratiques, principalement dans les domaines de la médecine humaine, vétérinaire et de la santé publique. Les industries pharmaceutiques en ont besoin pour élaborer de nouveaux médicaments antiparasitaires (antipaludiques, antiamibiens, etc.). Pour l’agriculture, la recherche en parasitologie végétale permet de concevoir de nouveaux produits. Par exemple, en cherchant les ennemis naturels de certains parasites, il est possible de développer des traitements évitant l’emploi de pesticides dans les productions agricoles.

Le travail du parasitologiste consiste à réaliser des analyses et des expérimentations en laboratoire. Il utilise des techniques comme l’isolement : il est capable d’isoler, de caractériser et d’identifier un parasite en particulier afin de l’étudier. Ensuite, il retranscrit ses manipulations, rédige des rapports et articles scientifiques pour faire part du résultat de ses recherches. Les échanges scientifiques tiennent une place importante dans son activité : il participe régulièrement à des conférences, des réunions et séminaires nationaux et internationaux pour partager ses connaissances. Il peut également enseigner sa discipline, notamment dans le cadre d’une carrière académique au sein d’une université.

 

[1] Même s’ils sont plus rares, il existe aussi des parasites plus gros, comme le ténia plus connu sous le nom de « ver solitaire ».

 

Compétences & actions

  • Posséder de vastes connaissances scientifiques (biologie, mais aussi mathématiques, physique et chimie)
  • Lire et parler l’anglais et éventuellement d’autres langues étrangères
  • Réaliser des analyses chimiques et biologiques
  • Examiner des organismes exposés à des contaminations
  • S’instruire continuellement et lire la littérature spécialisée
  • Travailler en équipe et éventuellement la superviser
  • Rédiger des rapports officiels ou des articles scientifiques
  • Utiliser du matériel technique et informatique de pointe
  • Respecter les règles de sécurité
  • Avoir une bonne vue

Savoir-être

  • Rigueur et application
  • Curiosité
  • Organisation et méthode
  • Patience et persévérance
  • Polyvalence
  • Précision et minutie
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Initiative et autonomie

Cadre professionnel

On retrouve le parasitologiste dans les secteurs liés à la recherche (fondamentale ou appliquée) sur la santé des organismes parasités : laboratoires publics et privés, laboratoires d’hôpitaux et médicaux, instituts de santé publique, centres de recherche, laboratoires de recherche et développement des industries pharmaceutiques et agroalimentaires, universités, services d’études et de protection de la santé ou de la nature, etc.

Le parasitologiste travaille généralement en équipe, en collaboration avec d’autres chercheurs (biochimistes, médecins, pharmaciens, chimistes, etc.), des doctorants, éventuellement des ingénieurs et des techniciens de laboratoire. Ses horaires sont souvent irréguliers, il partage son temps de travail entre son laboratoire et son ordinateur, et se déplace à l’étranger pour assister à des congrès scientifiques. Il peut être en contact avec des parasites potentiellement dangereux pour sa santé. Une vigilance constante et le port d’équipement de protection sont nécessaires.

Autres appellations : Biologiste en parasitologie, Parasitologue

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.