Avec son nez rouge et ses vêtements bigarrés, le clown est synonyme de drôlerie, de burlesque, de farfelu. Pourtant, son rôle à l'hôpital est des plus sérieux. Il intervient dans des situations douloureuses, tant psychologiquement que physiquement, en y introduisant la surprise et le rire.

Par le merveilleux, le clown permet à l'enfant ainsi qu'à ses parents de dédramatiser la maladie et l'hôpital. En retirant à l'enfant son statut de malade, pour quelques instants, le clown essaie de rendre la maladie plus supportable. Cela permet aussi de renforcer l'efficacité des soins et des actions thérapeutiques et de convaincre l'enfant que le soignant est un allié, même s'il lui fait mal.

Sa présence ludique rend l'atmosphère plus légère et aide les parents à porter un regard différent sur leur enfant : le voir sourire est synonyme d'espoir, de guérison.

Les activités sont diverses : cela va du simple divertissement (jonglerie, musique, bricolage, mime, chant, magie, sketches, maquillage, etc.) à une action plus directe telle que l'aide aux soins médicaux ou l'accompagnement en salle d'opération.

Mais attention, même si le clown improvise à chaque visite, être clown à l'hôpital ne s'improvise pas. Une intervention inappropriée peut provoquer un sentiment d'agression chez l'enfant.

 

Compétences & actions

  • Connaître différentes disciplines artistiques et circassiennes
  • Créer un personnage (maquillage, attitude, déguisement, etc.)
  • Concevoir et mettre en scène des gags
  • Posséder des connaissances psychologiques du comportement des enfants, des règles d'hygiène élémentaire, des mesures de sécurité, du fonctionnement d'un hôpital, des maladies, etc.

Savoir-être

  • Capacité d'écoute
  • Capacité d'improvisation
  • Energie positive, dynamisme
  • Humilité
  • Résistance au stress et aux situations émotionnellement difficiles
  • Tact et délicatesse
  • Sens des responsabilités
  • Travail en équipe

Cadre professionnel

Comme son nom l'indique, le clown à l'hôpital travaille au sein d'hôpitaux, en pédiatrie. Si, aux Etats-Unis, les clown-doctor sont nombreux et rémunérés, en Belgique, il s'agit généralement de bénévoles ou de membres du personnel pédiatrique ayant reçu une formation préalable. Certains sont toutefois payés par les hôpitaux.

Travaillant souvent en duo, ils collaborent étroitement avec l'équipe médicale : avant d'aller voir un enfant, les infirmières leur donnent des précisions sur son état de santé, son humeur, les soins qu'il reçoit. Ces informations sont primordiales afin d'adapter au mieux leur jeu à chaque enfant rencontré.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.