Siep Logo

Gardien·ne de la paix

Sécurité / Protection & surveillance

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Mise à jour 01/10/2018

Présent pour apporter un sentiment de sécurité, le gardien de la paix informe et sensibilise le citoyen. 

Il est engagé par la Ville et ne possède pas de compétences policières. Ses principales missions sont de sensibiliser le public à propos de la criminalité, notamment du vol dans les voitures. Pour contrer ce phénomène, il est présent dans les parkings publics pour dissuader d’éventuels voleurs. De plus, il relève les problèmes présents sur la voie publique pour en référer aux services compétents comme les graffitis ou les éclairages publics défectueux.

Le gardien de la paix sensibilise également les conducteurs au code de la route sans exercer une quelconque contrainte, vu qu’il ne possède pas les compétences nécessaires. Il aide les enfants, les personnes âgées et handicapées à traverser aux endroits jugés dangereux par les autorités. On apercevra également le gardien de la paix lors d’évènements publics afin d’assurer une surveillance non-policière. Sa présence sert également à prévenir les conflits entre les personnes. Il peut, au moyen d’une formation complémentaire et d’un examen, devenir gardien de la paix – constatateur, ce qui lui donne le droit de constater des infractions au règlement communal.

Pour plus d'informations : Brusafe

Photo © Espérance / Brusafe

 

Compétences & actions

  • Rédiger des rapports
  • Sensibiliser et informer le public sur différents thèmes et notamment la sécurité routière et la criminalité
  • Surveiller une foule lors d’évènements
  • Constater les incivilités faites sur la voie publique
  • Travailler en équipe

Savoir-être

  • Empathie
  • Sociabilité
  • Respect
  • Bonne condition physique
  • Bonne communication écrite et orale
  • Réactivité face à un évènement inattendu

Cadre professionnel

Le gardien de la paix peut travailler en extérieur ou en intérieur suivant le poste qui lui est dédié : surveillance dans les parcs, au centre-ville, gestion des visiteurs dans une administration communale, etc. Il se déplace sans arrêt tout le long de sa journée, d’où l’importance d’être en bonne condition physique. Lors de ses déplacements, le gardien de la paix est toujours accompagné d’un binôme. En période d’évènements publics, il peut être amené à effectuer des horaires variés et à travailler de nuit mais ses horaires sont généralement fixes.

Conditions requises

L'accès à la fonction de gardien de la paix est conditionné par la réussite d'un examen psychotechnique organisé par le Selor ainsi qu'à la réussite de la formation initiale (Arrêté royal du 16/01/2016 modifiant l'Arrêté royal du 15/05/2009).

Aucune condition de diplôme n'a été fixée. Néanmoins, le candidat doit répondre à certaines conditions :

  • être âgé d'au moins dix-huit ans ;
  • ne pas avoir été condamné, même pas avec sursis, à une peine correctionnelle ou criminelles, consistant en une amende, une peine de travail ou une peine de prison, sauf condamnations du chef d'infractions à la législation relative à la police sur la circulation ;
  • ne pas avoir commis de faits qui, même s’ils n’ont pas fait l’objet d’une condamnation pénale, portent atteinte au crédit de l’intéressé car ils constituent, dans le chef de ce dernier, un manquement social grave ou une contre-indication au profil souhaité d’un gardien de la paix, tel que visé au § 2 ;
  • pour ce qui concerne les "gardiens de la paix-constatateurs", avoir la nationalité belge et avoir au moins réussi l'enseignement secondaire supérieur et, en ce qui concerne le "gardien de la paix", être ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un autre Etat et, dans ce cas, avoir sa résidence principale légale en Belgique depuis trois ans ;
  • ne pas exercer simultanément des activités de détective privé ou une fonction dans le cadre de la loi du 2 octobre 2017 réglementant la sécurité privée et particulière, ne pas être membre d’un service de police ou exercer une activité définie par le Roi ;
  • avoir été engagé par la commune organisatrice ; 
  • satisfaire aux conditions fixées par le Roi en matière de formation et d’expérience professionnelle, telles que visées à l'article 10 ;
  • pour ce qui concerne les "gardiens de la paix-constatateurs", ils doivent en outre satisfaire aux conditions minimales figurant à l’article 119bis, §6, de la Nouvelle Loi communale.
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.