Siep Logo

Sous-fiche de Médecin généraliste

Médecin urgentiste

Santé & bien-être / Pratique médicale

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Code Riasec ISA - Mise à jour 14/06/2012

Diagnostique et traite les personnes blessées, en état critique ou atteintes de souffrances aiguës au service des urgences d'un hôpital, à domicile, sur la voie publique ou dans un lieu public ou privé (www.forem.be). Outre la médecine générale, six postes clés regroupent les compétences spécifiques mises en oeuvre dans la médecine d'urgence.

  1. La traumatologie
    De nombreux accidents provoquent des traumatismes : fractures, luxations, entorses, blessures, brûlures, noyades, etc. Le médecin urgentiste est amené à traiter des patients souffrant de ces traumatismes.
     
  2. La toxicologie
    Dans une variété de situations, les troubles du patient résultent d'intoxications accidentelles ou volontaires (tentatives de suicide, d'assassinat, toxicomanie) : intoxications alimentaires, par émanation de gaz, médicamenteuses, par stupéfiants, empoisonnement, alcoolique, etc. Ce sont les médecins urgentistes qui soignent les patients dans 90 % des situations de ce type.
     
  3. Les urgences cardiorespiratoires
    Le traitement en urgence est alors souvent vital. En réanimant le patient, le médecin tente de procéder à la restauration et au maintien des fonctions vitales.
     
  4. Les urgences psychiatriques, médicosociales
    Le médecin doit dans ces cas, faire la part entre les problèmes psychiatriques du patient et ses problèmes psychiques. Il doit gérer la situation en urgence et éventuellement diriger ensuite le patient vers des services psychiatriques spécialisés.
     
  5. Les urgences pédiatriques
    Cela représente 16 à 17 % des interventions étant donné que peu de pédiatres font des gardes. Pour traiter un enfant en âge préscolaire, il y a des difficultés techniques supplémentaires, les critères ne sont pas les mêmes et il faut souvent passer par une tierce personne (parents, famille).
     
  6. La médecine de catastrophe : urgences collectives SMUR
    Il faut connaître les notions de base pour intervenir suite à une catastrophe : l'éthique collective, les services à appeler pour le renfort. Le nombre de blessés peut varier, de quelques blessés à beaucoup de victimes.

Ces situations dérogent aux principes de la médecine traditionnelle. La relation est différente. Un médecin peut se retrouver seul avec 15 blessés, il doit alors agir au mieux pour le groupe.

Un autre aspect particulier concerne les pathologies rares. En effet, pour certaines d'entre elles, il faut une réaction immédiate, d'urgence lorsqu'elles se présentent. Il se peut que le médecin ne soit jamais confronté à la prise en charge d'un patient souffrant d'une pathologie rare mais il doit s'y connaître le plus possible pour le cas où la situation se présenterait. De plus, il doit prévoir le matériel et les médicaments adéquats de manière permanente.

Une spécificité de la médecine d'urgence est donc la rapidité de réaction et le fait que contrairement à d'autres spécialités, le médecin a peu ou n'a pas le temps de se renseigner sur le trouble.

 

Compétences & actions

De manière générale, le médecin urgentiste doit reconnaître les situations les plus à risque et les gestes réellement urgents à poser.

Un des atouts essentiels du médecin urgentiste est la polyvalence. En effet, il doit avoir des compétences générales dans de nombreux domaines : pédiatrie, médecine interne, chirurgie, psychiatrie, etc.

Savoir-être

Le goût de l'imprévu est une qualité importante. Il doit pouvoir gérer les patients présents dans le service d'urgence et prévoir un départ éventuel en ambulance. Son travail n'est donc pas prévu et planifié à l'avance et ses activités peuvent changer rapidement.

Il ne sait jamais quel genre de situations il va rencontrer, la gravité, ce qu'il va devoir faire. Il peut être amené à tout moment à revoir l'organisation de ses tâches.

Il doit aussi pouvoir s'adapter, changer de rythme, accélérer ses actes. Dans un service d'urgence, il y a un certain nombre de ressources pour fonctionner : salles, matériel, personnel mais le nombre de patients varie d'un jour à l'autre, il faut certaines fois faire face à un nombre beaucoup plus élevé de personnes à soigner avec les mêmes moyens.

Le médecin urgentiste doit aussi pouvoir gérer plusieurs problèmes en même temps. Par exemple, il voit un premier patient et dit à l'infirmier ce qu'il doit faire, il en voit un deuxième, puis revient au premier. Tous les patients doivent avoir tous les soins et un dossier. Il ne doit pas confondre ce qu'il fait de l'un à l'autre.

La rigueur comme dans toute profession médicale est indispensable. Les prises en charge sont bien codifiées, les mêmes pathologies sont rencontrées à l'extérieur et les moyens actuels permettent la rigueur. Dans le cadre du Service Mobile d'Urgence, le médecin doit essayer de faire au chevet du patient qui n'est pas capable d'arriver à l'hôpital ce qu'il aurait fait pour lui à l'hôpital. Il ne doit pas trop foncer mais pas non plus être trop précautionneux et tout vérifier deux fois. Il faut un juste milieu entre les deux.

La disponibilité est aussi requise. En effet, outre les gardes, le médecin peut être appelé à n'importe quel moment.

Cadre professionnel

Le médecin spécialiste en médecine d'urgence travaille au sein des services d'urgence des hôpitaux ou pour les Services Mobiles d'Urgence (SMUR).

Autres appellations : Infirmier·ère urgentiste, Secouriste-ambulancier·ère

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.