L'auditeur énergétique réalise un état des lieux d'habitations privées, de bâtiments publics ou privés pour analyser le potentiel d’économies d’énergie. L‘analyse porte sur l’enveloppe du bâtiment (l'isolation des parois extérieures, les vitrages, etc.) et les installations techniques (l'installation de chauffage, le système de production d'eau chaude, la ventilation, l’éclairage et les autres postes consommateurs d'électricité). Les consommations du bâtiment sont également analysées afin de déterminer d’éventuels dysfonctionnements. Pour mieux comprendre le bâtiment, une campagne de mesures est effectuée grâce aux placements de sondes pour s’assurer que la régulation fonctionne correctement (sondes de températures sur le circuit de chauffage, par exemple) ou pour vérifier l’utilisation réelle du bâtiment (capteur de luminosité, de passage, etc.).

L’auditeur énergétique transmet au demandeur un rapport d'audit qui détaille la performance énergétique du bien et contient des recommandations afin d’améliorer les performances énergétiques et de diminuer la consommation d’énergie des bâtiments. Il communique également à l’occupant une évaluation du coût des travaux et le gain financier après aménagements. Il informe le propriétaire ou le locataire des primes et des subventions que ces derniers peuvent demander. Pour réduire les coûts en énergie, des systèmes utilisant des énergies renouvelables peuvent être installés tels que des panneaux photovoltaïques (panneaux permettant de capter la lumière du rayonnement solaire pour la transformer en électricité) ou des panneaux solaires thermiques (dispositif permettant de capter la chaleur du rayonnement solaire pour produire de l’eau chaude sanitaire et de chauffage), une mini-éolienne (machine transformant l’énergie du vent en électricité), des pompes à chaleur (dispositif permettant de capter la chaleur d’un milieu pour la réinjecter dans un autre milieu via un circuit d’eau de chauffage), etc.

Il ne faut pas confondre auditeur énergétique et conseiller PEB[1]. A la différence de l’auditeur énergétique, le conseiller PEB (appelé responsable PEB en région Bruxelles-Capitale) assiste l’architecte lors de travaux de construction ou de rénovation soumis à permis d’urbanisme. Désigné par le maître d’ouvrage, il assure le suivi des exigences techniques PEB qui permettent d’améliorer la performance énergétique et le climat intérieur du bâtiment.

[1] Performance Energétique des Bâtiments.

 

Compétences & actions

  • Lire et interpréter tout type de plan d’architecture ou technique 
  • Posséder des connaissances dans le domaine des techniques spéciales du bâtiment (chauffage, ventilation, climatisation, etc. et dans l’utilisation rationnelle de l’énergie)
  • Etablir le rapport d’audit énergétique en indiquant l’état des surfaces, les métrés, les corrections à préconiser
  • Calculer les économies d’énergie réalisables et en mesurer la rentabilité
  • Effectuer un bilan énergétique et établir un plan d’action des mesures prioritaires à mettre en place
  • Connaître et suivre l'évolution de la législation en matière de construction, et de rénovation (primes régionales, fédérales, etc.)
  • Utiliser la thermographie infrarouge[1], l’infiltrométrie[2], etc. 
  • Employer des logiciels de Conception et de Dessin Assisté par Ordinateur CAO/DAO 
  • Maîtriser Excel

[1] Cette technique permet d’obtenir une image thermique par l’analyse des infrarouges.

[2] Permet de mesurer l’étanchéité à l’air d’un bâtiment.

Savoir-être

  • Bonne communication
  • Sens des relations avec des interlocuteurs variés
  • Rigueur et méthode
  • Autonomie
  • Sens des responsabilités
  • Vigilance
  • Flexibilité
  • Polyvalence

Cadre professionnel

L'auditeur énergétique travaille soit en tant qu'indépendant engagé par des particuliers, des institutions publiques ou des entreprises privées pour réaliser le check-up de leur bâtiment, soit en tant que salarié dans un bureau d’expertise. Il travaille en partie sur le terrain, en contact avec le demandeur, et dans son bureau pour l'analyse de ses observations de terrain et la réalisation du rapport. Il adapte son horaire selon la disponibilité du client, y compris le soir ou le week-end lorsque celui-ci est un particulier qui doit être présent lors de l’audit énergétique.

Conditions requises

En Wallonie, l'audit logement est régi par l'arrêté du Gouvernement wallon du 4 avril 2019.

Pour être agrée en tant qu’auditeur énergétique, le candidat doit :

  1. Etre titulaire d'un diplôme d'architecte, d'ingénieur·e civil·e, d'ingénieur·e industriel·le, de bio-ingénieur·e ou d'un master en Sciences et gestion de l'environnement ;
  2. Disposer d'un agrément valable en tant que certificateur PEB d'unité résidentielle visé aux articles 42 et suivants du décret PEB et aux articles 57 et suivants de l'arrêté PEB ;
  3. Avoir suivi l'ensemble de la formation et réussi les épreuves décrites aux articles 22 et 24 de l'AGW du 4 avril 2019 ;
  4. Ne pas avoir fait l'objet, moins de trois ans avant l'introduction de la demande d'agrément, d'une décision de retrait d'agrément visée au chapitre 5 de l'AGW du 4 avril 2019.

Peut également être agréée en qualité d'auditeur logement, toute personne morale qui compte parmi son personnel ou ses collaborateurs au moins un auditeur agréé en personne physique, et lié avec elle par une convention.

Concernant les audits énergétiques d’entreprises privées, (mécanisme de soutien AMURE), l’arrêté du Gouvernement wallon du 27 février 2014 stipule :

Art. 29. §1er. Les agréments en qualité d'auditeur énergétique peuvent être obtenus par toute personne physique répondant, au moins, aux conditions suivantes :

1° soit justifier d'une expérience d'au moins cinq ans dans le domaine de compétence demandé, soit disposer d'un diplôme de master en Ingénieur·e civil·e, de master en Architecture, de master en Sciences de l'ingénieur industriel ;

2° être indépendant de tout fournisseur d'énergie, d'équipements ou de travaux visés dans l'audit énergétique (partiel – AGW du 14 janvier 2016, art. 4), l'audit énergétique global ou l'étude de préfaisabilité ;

Enfin, pour ce qui est de l’audit énergétique des établissements du secteur public (mécanisme de soutien UREBA), l’arrêté du Gouvernement wallon du 28 mars 2013 stipule :

§1er. L'agrément en qualité d'auditeur énergétique global de bâtiments ou en qualité d'auditeur de systèmes d'éclairage peut être obtenu par toute personne physique répondant, au moins, aux conditions suivantes :

1° soit justifier d'une expérience d'au moins trois ans dans le domaine de compétence demandé ; soit disposer d'un diplôme de master en Ingénieur·e civil·e, de master en Architecture, de master en Sciences de l'ingénieur industriel ;

2° être indépendant de tout fournisseur d'énergie, d'équipements ou de travaux visés dans l'audit ; (…)


A Bruxelles, il faut être agréé afin d’effectuer des audits rendus obligatoires pour les bâtiments ou entreprises ayant besoin d’un permis d’environnement. L’article 14 de l’Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale relatif à l'audit énergétique des grandes entreprises et à l'audit énergétique du permis d'environnement stipule :

§ 1er. L'agrément en tant qu'auditeur énergétique est octroyé aux personnes physiques remplissant les conditions suivantes :
  1. être titulaire d'un diplôme d'architecte, d'ingénieur·e civil·e architecte, d'ingénieur·e civil·e, d'ingénieur·e industriel·le, de bio-ingénieur·e, d'ingénieur·e agronome, de bachelier en Construction option bâtiment, de tout autre diplôme de l'enseignement supérieur sanctionnant une formation intégrant les aspects énergétiques des bâtiments ou d'un diplôme équivalent délivré à l'étranger ou justifier d'une expérience pratique de minimum 3 ans quant aux aspects énergétiques des bâtiments ; (…).

§ 2. L'agrément en tant qu'auditeur énergétique octroyé aux personnes morales qui remplissent les conditions suivantes :
  1. employer une personne physique répondant aux points 1 ou 2 du paragraphe 1er;
  2. répondre aux dispositions des points 3, 4, et 5 du paragraphe 1er.

Pour réaliser un audit de type process (secteur industriel) ou mixte (commerces, hôpitaux, homes, écoles, etc.), il est nécessaire d’être agréé et d’avoir suivi une formation spécifique à l’utilisation de la méthodologie process/mixte (2 jours).  Des dispenses sont possibles et doivent être validées par Bruxelles Environnement.

Autres appellations : Conseiller·ère en maîtrise de l’énergie, Gestionnaire énergéticien·ne
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus