Siep Logo

Officier·ère de pont, Capitaine de navire

Transports & logistique / Transport maritime & fluvial

Mise à jour 01/07/2021

Sur un navire de transport de passagers (paquebot, ferry, etc.) ou de marchandises (cargo, porte-conteneur, pétrolier, bateau de dragage, etc.), l’officier de pont et son supérieur hiérarchique, le capitaine de navire, sont les pilotes du bateau. Ils s’occupent des manœuvres d'appareillage, d’accostage, de la gestion de la propulsion et de la navigation en tenant compte des courants, du vent, de la stabilité du navire. 

Ces marins travaillent, à bord, dans un environnement technologique de plus en plus sophistiqué, avec les appareils de navigation les plus modernes. Ce sont les garants de la sécurité de l’équipage, des passagers et/ou des marchandises transportées, mais aussi de l’organisation et du contrôle des différentes opérations de chargement/déchargement de la cargaison.   

Ce n’est qu’après plusieurs années d’expérience que l’officier de pont accède au grade de capitaine. Cela lui confère l'autorité et la responsabilité du navire, de ses membres d'équipage et de la cargaison. Le capitaine a donc davantage de responsabilités. Ainsi, il planifie et dirige les activités à bord, recueille les données techniques (conditions météorologiques, horaires, distances), détermine l'itinéraire à suivre et applique les éventuelles mesures correctives. C’est aussi lui qui établit les communications avec les services maritimes et s'assure du respect des règlements par l'inspection du navire. Par ailleurs, il coordonne le travail du personnel de l'entretien et de la navigation, assure la gestion des approvisionnements en carburant et en provisions. 

Il prend soin de consigner dans un journal de bord les activités de l'équipage, les conditions météorologiques, les marées et les courants. 

 

Compétences & actions

  • Connaître le droit maritime 
  • Maîtriser le matériel de navigation (GPS, VHF, radar)
  • Utiliser des logiciels professionnels de transport maritime (plan de chargement des navires)
  • Manipuler des outils de contrôle de maintenance (capteur, détecteur)
  • Réaliser les opérations de conduite de navire 
  • Superviser et coordonner les activités des membres d’équipage 
  • Suivre et gérer un budget technique d'approvisionnement et/ou d'avitaillement (investissement, acquisition, dépenses, etc.)
  • Respecter la réglementation de la navigation maritime, la réglementation portuaire, les règles de sécurité à bord des navires (biens et personnes)

Savoir-être

  • Disponibilité et flexibilité
  • Sens des responsabilités
  • Rigueur et méthode
  • Vigilance 
  • Capacités de réaction
  • Esprit d’équipe
  • Capacités de leadership
  • Maîtrise de soi  

Cadre professionnel

L'activité de l’officier de pont et du capitaine de navire s'exerce en mer, au sein d'entreprises de transport de passagers (croisières maritimes), de marchandises. On peut aussi le retrouver dans des entreprises spécialisées dans des activités portuaires ou maritimes (recherche océanographique, avitaillement offshore, dragage, etc.), dans des sociétés d'assistance en mer ou encore dans l’expertise maritime.

Ces « hommes de mer » sont en contact avec divers intervenants (armateurs, autorités maritimes, entreprises de manutention portuaire). Ils évoluent dans un milieu interculturel. En effet, l’époque où les navires sous pavillon belge avaient des équipages uniquement composés de Belges est révolue depuis longtemps. Aujourd’hui, des professionnels de toutes nationalités s’y côtoient et y collaborent.

Ce métier implique un éloignement du domicile de plusieurs jours ou mois. Ils vivent en communauté avec les autres membres d’équipage et leurs horaires de travail sont irréguliers. Aux longues périodes de navigation succèdent de longues périodes de repos. Le port de l’uniforme est nécessaire. Seul maître à bord, le capitaine doit rendre compte à son armateur et à son assureur.

L'officier de pont et le capitaine sont tous deux tenus à un recyclage professionnel permanent pour suivre l’évolution de l’automatisation toujours plus poussée et connaître les nouvelles règles internationales concernant régissant la sécurité, la protection, l’environnement, etc.

Conditions requises

Un étudiant diplômé de l’Ecole Supérieure de Navigation (HZS) en Sciences nautiques, et qui veut exercer sur un bateau, gravira progressivement les échelons hiérarchiques. Les promotions sont déterminées, d’une part, par un règlement international et, d’autre part, par les possibilités de carrière qu’offre l’entreprise pour laquelle il travaille. 

Le diplômé débute sa carrière en tant qu’aspirant-officier et devient officier de quart après 12 mois de navigation effective. Cela correspond à 3e officier de pont. En réalité, il ne faut aux étudiants de la HZS que quelques mois pour atteindre ce poste car ils ont déjà 7 mois de navigation à leur actif,  à la fin de leurs études (par les stages et les exercices sur simulateur). Ils peuvent aussi augmenter leur nombre d’heures de navigation en faisant des stages pendant leurs vacances. Ensuite, il faudra encore attendre 12 mois et une promotion intermédiaire en tant que 2e officier de pont avant de devenir 1e officier de pont. Une dernière période de 12 mois commence alors avant d’obtenir le grade de capitaine. 

Après leur temps de navigation, les officiers de pont peuvent prétendre à un large éventail d'emplois à terre dans le secteur public et privé. Ils peuvent travailler en pilotage, dans les agences maritimes, les compagnies maritimes et les transitaires, les sociétés d'assurance et de classification, l'inspection maritime ou encore pour le Service d’Accompagnement Maritime (régulation du trafic maritime). Certains se recyclent comme professeur de matières nautiques au sein de l’Ecole Supérieure de Navigation. 

Autres appellations : Commandant·e de bateau, Commandant·e de navire
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus