Contrairement à ce que le nom de sa fonction pourrait laisser supposer, le pilote de navires n’est pas à la barre d’un bateau. Son job consiste à assister les capitaines des bateaux dans des zones de navigation délicates et dangereuses ou des voies maritimes considérées comme difficiles : à l'entrée et à la sortie des ports, dans les détroits et les fleuves, etc. 

Le plus souvent, il est amené à bord par un « bateau pilote » (appelé aussi « pilotine ») ou par hélicoptère. Ses recommandations peuvent être de tout ordre : la route à emprunter, la vitesse de navigation, les éventuelles difficultés rencontrées (bas-fonds, hauts fonds, courants, récifs, autres bateaux à proximité, etc.), les manœuvres à effectuer (approche, accostage, appareillage, remorquage), etc. 

Ce « guide sur l’eau » connaît forcément très bien la zone de navigation et peut donner toutes les informations au capitaine concernant les conditions hydrographiques et les règles locales. Il est donc parfaitement au courant des activités des ferries, des opérations de dragage, des mouvements locaux et de tous les autres facteurs qui peuvent occasionner des risques pour la navigation. Grâce à lui, le capitaine va ainsi pouvoir manœuvrer son navire en toute sécurité. 

Avec l’arrivée de navires toujours plus grands, les pilotes doivent faire preuve d’une capacité de manœuvre toujours plus fine dans des infrastructures portuaires qui, elles, ne s’élargissent pas. Il doit aussi rapidement maîtriser les paramètres propres au navire sur lequel il embarque. 

Si les conditions atmosphériques ne permettent pas son transfert à bord, il pratique un « pilotage à distance ». Dans ce cas bien précis, il guide les capitaines grâce aux images radar et à la radiocommunication.

Le pilote donne également des conseils nautiques à des navires transportant des matières dangereuses, sur la délimitation de zones de navigation ou encore l’évacuation des épaves. De cette manière, il contribue à un accès sûr et fluide aux ports.

 

Compétences & actions

  • Connaître les particularités de son secteur maritime (force et effets des courants, obstacles de toutes sortes, etc.)
  • Maîtriser la réglementation nautique 
  • Posséder des connaissances poussées en hydrographie 
  • Pouvoir utiliser des radars de navigation, des systèmes de positionnement modernes 
  • Comprendre et parler l’anglais (vocabulaire propre à la navigation) 
  • Procéder aux manœuvres d'amarrage et de largage, de mise en fonctionnement et de conduite du bateau 
  • Respecter la réglementation de la navigation maritime, la règlementation portuaire, les règles de sécurité à bord des navires 

Savoir-être

  • Sens des responsabilités
  • Parfaite maîtrise de soi
  • Aisance dans la communication
  • Sens de la méthode
  • Rigueur
  • Flexibilité
  • Vigilance
  • Capacité d’adaptation
  • Excellente condition physique

Cadre professionnel

En Belgique, tous les pilotes qui guident les navires vers les ports travaillent pour le Service de Pilotage « Loodswezen ». Le pilote est en contact avec le capitaine, le mécanicien et l’ensemble de l’équipage. Il travaille à horaire variable (jour et nuit), par tous les temps.

Conditions requises

Pour devenir pilote de navires, il faut d'abord obtenir un Master en Sciences nautiques à l’Ecole Supérieure de Navigation. Par la suite, il faut naviguer au grade de Capitaine (soit 36 mois de navigation en tant qu'officier de quart).

Après avoir réussi un test de sélection, le candidat pilote reçoit une formation d'un an au Service de Pilotage « Loodswezen ». Ensuite, il pourra travailler en tant que pilote, d'abord sur les petits navires, puis sur les plus gros. 

Le Service Pilotage fait partie de l’Agence des Services Maritimes et Côtiers (MDK) : www.agentschapmdk.bewww.loodswezen.be 

Autres appellations : Pilote côtier, Pilote de mer, Pilote de port, Pilote maritime, Pilote nautique
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus