Siep Logo

Assistant-e de justice

Sciences humaines & sociales / Analyse, aide & conseil
Sécurité / Protection & surveillance

Code Riasec SEC - Mise à jour 13/01/2016 - Fiche 1040

Les missions et compétences de l’assistant de justice présentent 4 axes principaux : les missions pénales, l’accueil aux victimes, les missions civiles et l’accueil social.

Dans le cadre des missions pénales, l’assistant de justice intervient avant et après la prison mais également lorsqu’il n’y a pas de peine d’emprisonnement. Afin d’aider les juges dans leurs prises de décision et sur demande de ceux-ci, les assistants de justice peuvent réaliser des enquêtes sociales, c’est-à-dire effectuer une sorte de photographie de la situation personnelle, familiale et sociale du justiciable. Le rapport fournira des informations utiles pour des décisions qui peuvent conduire, par exemple, à une autre modalité d’exécution d’une peine. Le travail de guidance permet d’accompagner les auteurs d’infractions dans l’exécution de la peine ou de la mesure décidée par le juge. L’objectif est d’éviter la récidive et de favoriser la réussite de l’insertion sociale des justiciables. Lors d’entretiens réguliers et en partant des ressources et des connaissances de la personne qu’il a en face de lui, l’assistant de justice soutient le justiciable dans la mise en œuvre du dispositif qui lui est imposé. Il veille à mobiliser et à responsabiliser le justiciable sans agir à sa place. Il rédige régulièrement des rapports afin d’informer l’autorité compétente du déroulement de la guidance. L’assistant de justice gère l’exécution des peines et mesures qui ne sont pas effectuées en prison et qui s’adressent aux individus majeurs : probation [1], libération conditionnelle, peine de travail, surveillance électronique, défense sociale, etc.

Si les missions pénales sont les plus fréquentes, les Maisons de justice assument également d’autres types de missions : l’accueil des victimes, les missions civiles et l’accueil social de première ligne. Lors de l’accueil des victimes, l’assistant de justice informe, soutien et oriente les victimes tout au long de la procédure judiciaire. Il oriente, par exemple, les victimes et leurs proches vers des services spécialisés pour une aide psychosociale ou un avis juridique. Il peut également intervenir à un niveau plus structurel en signalant les difficultés rencontrées par les victimes et leurs proches dans leurs contacts avec l’institution judiciaire et en sensibilisant les acteurs judiciaires aux besoins spécifiques et aux droits des victimes.

Les missions civiles consistent principalement à la réalisation d’études sociales civiles (dynamique familiale, situation de vie actuelle des parties et des enfants) pour soutenir des décisions du tribunal de la famille liées à l’exercice de l’autorité parentale et à l’hébergement des enfants le plus souvent lors de divorces ou de séparations.

Lors des missions d’accueil social de première ligne, l’assistant de justice répond aux questions des citoyens pour les domaines de compétence des Maisons de Justice.

[1] Probation : une personne ayant commis un délit passible d’une peine criminelle de cinq ans maximum peut bénéficier d’une suspension ou d’un sursis. En ce cas, le juge impose des conditions à respecter. C’est ce qu’on appelle la probation.

 

 

Compétences & actions

  • Analyser une situation
  • Mener des entretiens
  • Adapter son langage en fonction du public cible
  • Annoncer des nouvelles difficiles
  • Gérer des situations conflictuelles
  • Conseiller et aider
  • Responsabiliser le justiciable
  • Analyser, évaluer et intégrer de l’information
  • Connaître le domaine juridique
  • Respecter le cadre professionnel
  • Maîtriser les techniques d'entretien et méthodologie de rédaction de rapports suivant les principes de déontologie
  • Avoir des notions de criminologie, de victimologie, de pénologie, de sociologie, de psychologie et de psychiatrie

 

Savoir-être

  • Sens du contact
  • Sens de l’écoute et de la communication
  • Tolérance
  • Ouverture d’esprit
  • Esprit d’initiative
  • Goût pour le travail en équipe
  • Patience
  • Calme
  • Résistance au stress
  • Flexibilité
  • Fermeté

 

Cadre professionnel

Créées en 1996, les Maisons de justice en sont à leur 4ème grande réforme au niveau de l’ancrage institutionnel. Leur communautarisation lors de la 6ème réforme de l’Etat permet aujourd’hui d’assurer la continuité des missions prises en charge et de garantir la collaboration entre l’État fédéral et les entités fédérées. Les 13 Maisons de justice réparties sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles prennent en charge près de 34000 nouveaux dossiers par an. L’assistant de justice est engagé en tant que salarié au sein des Maisons de justice. Ses horaires de travail sont réguliers.

Afin d’être performant dans son rôle d’interface entre le justiciable et la société, l’assistant de justice entretient de bonnes relations avec un réseau de partenaires constituant des aides à la réinsertion.  

Autres appellations : Agent-e de probation

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.