Siep Logo

Sous-fiche de Chirurgien·ne

Chirurgien·ne plastique

Santé & bien-être / Pratique médicale

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Code Riasec ISA - Mise à jour 17/07/2012

La chirurgie plastique est une discipline médicale spécialisée. Elle se décompose en deux secteurs visant des objectifs spécifiques :

  • la chirurgie réparatrice et reconstructrice : vise à rectifier ou réparer des malformations congénitales liées à l’aspect extérieur du corps et/ou reconstruire des malformations ou la perte d’un organe dues à des causes « accidentelles » (maladies, tumeurs, accidents, brûlures, ablations, etc.)
  • la chirurgie esthétique vise l’amélioration de certaines parties du corps à des fins purement esthétiques (liposuccion, rectification du nez, liftings, augmentation ou réduction mammaire, etc.)

La société Royale Belge de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique définit cette discipline comme la « chirurgie de la forme et du contour. Elle n'est donc pas rattachée à un système anatomique particulier : son domaine d'application s'étend à la chirurgie de la peau et des structures sous-jacentes comme les tissus mous ou les tissus osseux dans certains cas (os de la face, crâne, etc.) ».

Le chirurgien esthétique intervient généralement sur base d’une demande formulée par un patient souhaitant améliorer ou modifier son apparence. Cette demande peut éventuellement être appuyée par un psychiatre ou un psychologue dans le cadre d’une thérapie (par exemple pour lutter contre un complexe obsessionnel profond).

Le chirurgien réparateur ou reconstructeur intervient plutôt dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire avec d’autres médecins spécialistes (chirurgiens classiques, cancérologues, dermatologues, gynécologues, orthopédistes, etc.). Il peut agir sur des tumeurs, des traumatismes ou toute une série de séquelles (brûlures, malformations, infections de la peau, accidents, etc.).

Après avoir défini tous les paramètres de l’intervention, le chirurgien évalue la faisabilité et informe le patient des tenants et aboutissants, des risques encourus… Assisté d’une équipe pluridisciplinaire (médicale et paramédicale), il effectue l’intervention. Il est aussi chargé du suivi post-opératoire durant une période définie. Pour faciliter cette phase d’un point de vue psychologique, le chirurgien plastique peut éventuellement inviter le patient à suivre une thérapie auprès d’un professionnel de la santé mentale.

 

Compétences & actions

  • Le chirurgien est un médecin spécialiste, donc un scientifique de haut niveau qui justifie des connaissances très approfondies en anatomie ainsi que les spécificités fonctionnelles, pathologiques et chirurgicales de différentes parties du corps
  • Se tenir à la pointe des connaissances en termes d’évolution scientifique, des techniques chirurgicales et du matériel
  • Appliquer scrupuleusement le code déontologique de la profession
  • Connaissances en méthode de recherche clinique
  • Compétences en management propres au secteur
  • Maîtriser les différents aspects communicationnels médicaux avec le patient et d’autres médecins

Savoir-être

  • Faire preuve d’une grande dextérité et de minutie
  • Etre méthodique et rigoureux
  • Aptitude au travail en équipe
  • Communiquer aisément
  • Etre à l’écoute du patient et faire preuve de pédagogie pour installer une relation de confiance
  • Pouvoir réagir rapidement, avec calme
  • Etre résistant au stress
  • Avoir une hygiène irréprochable

Cadre professionnel

Le chirurgien plastique travaille principalement en milieu hospitalier, en clinique ou cabinet privé.

Conditions requises

L’obtention de l’agrément reconnaissant le titre de Médecin Spécialiste en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique est régi par les Arrêtés Ministériels du 18 juillet 1979 (Arrêté ministériel fixant les critères spéciaux d'agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage pour la spécialité de la chirurgie, de la chirurgie plastique, de la neurochirurgie, de l'orthopédie, de l'urologie) et du 12 décembre 2002 (Arrêté ministériel fixant les critères spéciaux d'agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage pour la spécialité de la chirurgie).

Concrètement, la filière de formation passe d’abord par les années de Bachelier de transition puis de Master en Médecine. L’étudiant doit répondre aux conditions légales d’admissions lui permettant d’accéder au, Master complémentaire en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Ce Master complémentaire, correspondant à 360 ECTS, s’articule autour d’enseignement théorique et de stages et comprend deux années de formation en chirurgie et quatre années de formation en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.