Oiseaux, rongeurs, reptiles, poissons [1], etc. En fonction de la demande ou de l’apparition de nouvelles espèces et de nouveaux produits, le conseiller animalier apporte des conseils avisés à la clientèle qui désire acquérir un animal, des accessoires ou des aliments appropriés. Il peut posséder une connaissance générale de tous les animaux du magasin ou se spécialiser dans un type d’animal en particulier.

Au quotidien, il veille à bien entretenir les cages, litières ou aquariums, à nourrir les animaux et à veiller à ce qu’ils ne manquent de rien. Lorsqu’une vente est conclue, il doit également rédiger les documents conformes. Il sera tenu de travailler en collaboration avec un vétérinaire agréé qui est chargé de contrôler régulièrement le bien-être, l’état sanitaire et l’hébergement des animaux ainsi que d’exécuter les vaccinations nécessaires.

Outre une très bonne connaissance des animaux, de leur psychologie et des différents soins à leur donner, le conseiller doit bien entendu maîtriser les différentes techniques commerciales. Il sera ainsi responsable de l’agencement et de la mise en valeur des animaux et des produits en rayon, de l’approvisionnement des rayonnages et de la mise en place des campagnes promotionnelles.

Les personnes qui souhaitent acquérir un chien, un chat, ou encore des poules, lapins, chevaux, moutons, etc., peuvent également se rendre chez un éleveur agréé qui organise la reproduction d’espèces à des fins commerciales. Son activité concerne soit la vente directe des animaux, soit la vente de leurs productions (lait, viande, œufs, etc.). L’éleveur se charge de nourrir et de soigner ses animaux. Il fait également appel au vétérinaire pour les soins médicaux et les vaccinations.

 

[1] L’arrêté royal du 27 avril 2007 portant notamment sur les conditions de commercialisation des animaux, interdit la vente de chats et de chiens dans les animaleries. Seuls les élevages ou éleveurs agréés sont autorisés à vendre ce type d’animaux.

 

Compétences & actions

  • Avoir une très bonne connaissance des animaux (psychologie, morphologie, alimentation, etc.)
  • Connaître les différents types d’accessoires (cages, laisses, jouets, etc.) et de nourriture
  • Avoir de bonnes connaissances en gestion, en comptabilité, en vente
  • Veiller au bien-être de l’animal et assurer l’hygiène au sein du magasin
  • Assurer une disposition la plus agréable et accrocheuse possible des étalages
  • Pouvoir gérer une équipe
  • Se tenir informé des nouvelles tendances du marché animalier
  • Ne pas souffrir d’allergies aux animaux

Savoir-être

  • Passion pour les animaux
  • Curiosité
  • Sens de l’observation
  • Goût pour le contact avec la clientèle
  • Esprit commercial
  • Dynamisme
  • Esprit d’initiative
  • Disponibilité
  • Polyvalence

Cadre professionnel

Le conseiller animalier évolue généralement dans un magasin spécialisé ou dans le rayon animalerie d’une grande enseigne. Il peut être employé et évoluer vers la fonction de chef de rayon ou gérant. Il travaille pendant les heures d’ouverture du magasin mais aussi parfois en dehors, afin d’assurer les soins quotidiens des animaux. Il travaille surtout en station debout et dans un environnement qui peut être bruyant et odorant. Il peut également lui être demandé de porter des charges relativement lourdes (sacs de nourriture, etc.).

Conditions requises

La profession de conseiller animalier exercée en tant qu’employé d’une animalerie n’est pas réglementée.

Par contre, ouvrir une animalerie est réglementé par l’arrêté royal du 27 avril 2007 portant sur les conditions d'agrément des établissements pour animaux et les conditions de commercialisation des animaux.

Pour le commerce des animaux de compagnie, la loi du 14 août 1986 relative à la protection et au bien-être des animaux fixe une série de conditions.

Le commerce des animaux de compagnie étant une matière régionalisée, la demande d’agrément doit être introduite auprès du Service public de Wallonie ou de Bruxelles Environnement -
Services Bien-être animal. Y figureront des informations telles que le type et la capacité de l’établissement, les espèces qui y seront détenues, un plan schématique avec mention de la fonction des différents locaux, une description des installations destinées à l’hébergement des animaux, les références du permis d’environnement et de la Banque-carrefour des entreprises ainsi qu’une copie du contrat avec un vétérinaire agréé.

Autres appellations : Préposé·e en animalerie, Technicien·ne en animalerie, Vendeur·euse en animalerie

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.