Ingénieur ou technicien, l’hydraulicien est le spécialiste de la mécanique des fluides[1]

L’ingénieur hydraulicien conçoit et réalise des réseaux d’irrigation, d’assainissement et d’alimentation en eau potable ainsi que des puits, des barrages, des bassins artificiels, des châteaux d’eau, des gazoducs ou encore des machines hydrauliques. Ses réalisations sont parfois imposantes. Par exemple, voilà plus d’un siècle, des ingénieurs hydrauliciens ont construit, en Belgique, quatre ascenseurs hydrauliques à bateaux sur le Canal du Centre. Sans cette invention, la dénivellation de 90 mètres entre Mons et Houdeng-Goegnies aurait nécessité la construction d’une trentaine d’écluses. Ces engins sont toujours opérationnels à l’heure actuelle.

L’ingénieur effectue des études techniques de faisabilité et de conception afin de déterminer si le lieu se prête à la construction d’un ouvrage hydraulique. Ses recherches lui permettent, par exemple, d’évaluer l’impact du projet sur l’environnement ou de connaître la typologie du terrain. Il rédige un cahier des charges, détermine les méthodes et outils de travail, et définit les corps de métiers qui interviendront dans la réalisation de l’ouvrage. Il calcule et prévoit le débit, le volume et la pression de l’eau, les cadences, et la tuyauterie nécessaire pour un ouvrage donné.

Il étudie également le comportement de l’eau. Il recueille des données sur le fonctionnement des installations réalisées, les modélise, interprète les résultats et envisage des améliorations au système. Il adapte les réseaux d’irrigation, d’assainissement ou d’alimentation aux besoins des usagers domestiques et industriels. Il conçoit des techniques permettant l’automatisation du système. Cet expert joue donc un rôle central dans le domaine de l’environnement en tant que gestionnaire des ressources en eau. 

Par ailleurs, l’hydraulicien assure la définition, le développement, la validation et le suivi de machines hydrauliques telles que des presses à découper, presses à injecter, commandes de transmission de mouvements, engins de travaux publics (pelleteuse, niveleuse, etc.), chariots élévateurs, monte-charges, etc.

Afin de budgétiser les projets sur lesquels il travaille, il lance des appels d’offres auprès de fournisseurs et négocie avec ceux-ci. Il chapeaute la réalisation des installations et veille au respect des plannings et des coûts tout au long du chantier. Parfois, l’hydraulicien dispense une formation auprès des utilisateurs de l’ouvrage ou de la machine hydraulique qu’il a conçu. 

Le contenu du travail et le niveau de responsabilité varient en fonction du diplôme. Ainsi, le technicien en hydraulique met en application des plans reçus. Supervisé par l’ingénieur hydraulicien, il s’occupe de la maintenance des installations et des équipements. En cas de problème, tous deux peuvent cependant effectuer des dépannages, réparations ou mises au point. 

[1] Etude des liquides et des gaz au repos et en mouvement.

 

Compétences & actions

  • Concevoir des installations et ouvrages hydrauliques
  • Réaliser le circuit d'une machine ou d'un ensemble hydraulique
  • Interpréter des résultats
  • Réaliser des modèles mathématiques
  • Posséder des connaissances en hydraulique, génie civil, mécanique, électromécanique, hydrogéologie, hydrologie et topographie
  • Maîtriser les outils informatiques : modélisation en 3D, Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) et Conception Assistée par Ordinateur (CAO)
  • Respecter la réglementation sur l’eau et s’informer sur son évolution
  • Lire des plans et des schémas techniques
  • Utiliser du matériel et des technologies très avancés 
  • Identifier une panne et effectuer la réparation
  • Gérer un chantier
  • Diriger une équipe
  • Connaître l’anglais technique
  • Se tenir au courant des innovations techniques 
  • Suivre les normes en vigueur et les règles de sécurité

Savoir-être

  • Respect de l’environnement
  • Disponibilité
  • Mobilité
  • Logique
  • Rigueur et méthode
  • Esprit d’analyse
  • Organisation
  • Sens des priorités
  • Innovation
  • Capacité relationnelle
  • Résistance au stress

Cadre professionnel

L’hydraulicien partage son temps entre visites sur le terrain, réunions et travail de bureau. Il peut être amené à effectuer des déplacements à l’étranger et à travailler le week-end ou le soir, en cas de problème sur une installation. Il travaille constamment en équipe. Parfois, il manipule des matériaux dangereux.

Il est employé par une intercommunale de distribution d’eau, d’électricité, un bureau d’études, une société d’équipement, une entreprise de construction, un port, etc. Il peut aussi travailler dans la coopération au développement et concevoir des réseaux d’eau potable dans des régions qui n’en sont pas encore équipées. Il peut également exercer en tant qu’indépendant et travailler comme consultant dans le secteur public ou privé.

Autres appellations : Ingénieur·e des ressources hydriques, Ingénieur·e hydraulicien·ne, Technicien·ne en hydraulique
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus