Au sein du service des urgences de l’hôpital, le médecin urgentiste reçoit des patients dont l’état nécessite une prise en charge rapide. Il évalue l’état du patient et établit un diagnostic en quelques minutes. Il doit reconnaitre les situations les plus à risques et déterminer les gestes réellement urgents à poser. Si l’état de santé de la personne est critique, le temps peut être compté. Il doit garder son calme et faire preuve de réactivité.

Il ne sait jamais ce qui va arriver ni à quel moment. Suivant la gravité, il va intervenir pour restaurer ou maintenir les fonctions vitales de la personne (intubation, oxygénation, réanimation, etc.), poser des perfusions et organiser le monitorage du patient, c’est-à-dire, placer les électrodes, réaliser un électrocardiogramme et mesurer les paramètres vitaux. 

Il est face à de multiples types de pathologies. Elles touchent au domaine cardio-respiratoire (détresse respiratoire, tachycardie, etc.), à la traumatologie (fracture, entorse, brûlure, noyade, etc.), à la toxicologie (intoxications alimentaires, médicamenteuses, etc.), à la psychiatrie (décompensation psychiatrique, tentative de suicide, etc.). Il peut également s’agir de maladies rares. Suivant, le type et la gravité de la pathologie auxquels il est confronté, il peut orienter son patient vers un service spécialisé (cardiologie, gynécologie, pédiatrie, etc.)

Ce spécialiste doit établir une relation de confiance pour rassurer le patient et l’informer, lui ou son entourage, malgré la rapidité à laquelle tout doit se dérouler. Il gère des problématiques individuelles mais aussi un flux de patients qui ne s’arrête jamais, car le service des urgences est disponible 24h/24. 

Le médecin urgentiste peut également travailler pour le SMUR, le Service Médical d’Urgence afin de dispenser les premiers soins sur le lieu de l’accident (ex. : réanimation, contention de plaie, etc.). Il intervient suite à des catastrophes pouvant concerner quelques blessés ou de nombreuses victimes. Dans ce cas, il doit connaitre les services à appeler en renfort, l’éthique collective pour agir le mieux possible pour le groupe.

 

Compétences & actions

  • Assurer l’accueil des patients et leur prise en charge
  • Examiner le patient et réaliser un diagnostic
  • Informer et rassurer le patient
  • S’assurer de la stabilité vitale du patient
  • Prodiguer les premiers soins : pose de perfusion,  massage cardiaque, etc.
  • Prendre des décisions dans l’urgence
  • Orienter le patient dans le service adéquat en fonction de sa pathologie
  • Prescrire des médicaments ou des traitements médicaux
  • Travailler en étroite collaboration avec tous les professionnels de la santé (ambulanciers, infirmiers, médecins spécialistes, etc.)
  • Identifier ses besoins en formation continue

Savoir-être

  • Réactivité
  • Écoute et empathie 
  • Sens relationnel
  • Très bonnes aptitudes physiques et psychologiques
  • Résistance au stress
  • Efficacité et organisation
  • Adaptation à toutes situations

Cadre professionnel

Le médecin urgentiste pratique généralement son métier dans le service des urgences d’un hôpital. Il est entouré d’une équipe paramédicale et des autres professionnels de la santé. 

Il peut également travailler pour le SMUR (Service Mobile d’Urgence), accompagné d’un infirmier spécialisé en soins intensifs et aide médicale urgente (SIAMU) et intervenir directement sur le lieu de l’accident.

Sa condition physique est excellente pour suivre le rythme et faire face à toutes les situations. L’urgence pouvant venir à n’importe quel moment, il travaille les nuits et les week-ends. Il effectue donc des gardes.

Son horaire est assez régulier avec de longues périodes d’affilée, pouvant tourner aux alentours de 10 à 12h par jour suivant le service, principalement en journée et régulièrement la nuit. 

Le médecin urgentiste peut également exercer dans une ONG et partir en mission humanitaire. 

Conditions requises

Le titre de médecin d’urgence est un Titre Professionnel Particulier (TPP) régi par l’Arrêté Ministériel du 12 janvier 2010 modifiant l’arrêté ministériel du 14 février 2005 fixant les critères spéciaux d’agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage.

Autre appellation : Urgentiste
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus