Le régisseur de biens immobiliers joue un rôle d’intermédiaire entre le propriétaire et le locataire. Il assume certaines charges qui incombent au propriétaire. Ce dernier lui délègue en partie ou entièrement son rôle et ses obligations. Le propriétaire fait appel au régisseur s’il habite trop loin du bien en location, s’il n’a pas le temps de s’en occuper au quotidien, si son parc immobilier est trop important, etc. Il peut ainsi se décharger des contraintes administratives, techniques, comptables et financières liées à la gestion de son patrimoine immobilier.

Le régisseur peut aussi aider un investisseur à trouver des biens (appartements, maisons, bureaux, etc.) en le conseillant grâce à ses connaissances immobilières. Il étudie la rentabilité des futures locations et tente d’optimiser au maximum le profit. En accord avec le propriétaire, quand le bien est acheté, il définit le prix du loyer en étudiant le marché immobilier. Ensuite, il promeut le bien afin de trouver des locataires (annonces, vitrines, organisation de visites, etc.). Il rédige le bail et représente le propriétaire lors de la signature de celui-ci. Il est le seul correspondant du locataire. En cas de changement d’occupants du bien, il relève les compteurs afin d’assurer la continuité entre locataires sortants et entrants. 

Ce professionnel de l’immobilier effectue par ailleurs les états des lieux d’entrée et de sortie et révise les loyers en fonction de l’indexation. Il négocie les contrats d’assurances et de fournitures d’énergie et gère les factures. Dans un immeuble, il est en contact avec le gestionnaire de copropriété pour le paiement des charges communes et des frais divers. Chaque mois, il encaisse au nom du propriétaire les loyers et tout montant dû par les locataires. Ensuite, il reverse les sommes recueillies au propriétaire. Il tient donc une comptabilité et rend compte de sa gestion périodiquement. En cas de loyers impayés ou de dégradations du bien par le locataire, il peut poursuivre ce dernier en justice.

Afin de surveiller l’état général des biens, il visite ceux-ci régulièrement. Quand des réparations ou des mises en conformité doivent être effectuées, il demande des devis et suit les travaux. Si des rénovations importantes sont à effectuer, il est en charge d’obtenir d’éventuels subsides des organismes concernés. Il peut aussi être amené à vendre le bien en gestion puisque, mieux que quiconque, il en connait sa juste valeur. 

 

Compétences & actions

  • Maîtriser les éléments économiques et techniques liés à l’immobilier
  • Informer et conseiller les clients sur les profits possibles
  • Connaître et appliquer le droit immobilier
  • Etablir des conventions et des contrats immobiliers
  • Régir le patrimoine immobilier privé et public
  • Gérer l’arbitrage et la conciliation

Savoir-être

  • Bonne communication
  • Diplomatie
  • Discrétion
  • Rigueur
  • Flexibilité
  • Polyvalence

Cadre professionnel

Il travaille dans une agence immobilière en tant qu’indépendant ou salarié. Ses horaires peuvent être flexibles, surtout s’il doit rencontrer des propriétaires ou des locataires. Son travail est principalement administratif.

Conditions requises

Un régisseur est un agent immobilier spécialisé dans la gestion de biens pour le compte d’autrui. Comme tout agent immobilier, il est tenu de s’affilier à l’IPI[1].

Le titre d’agent immobilier est protégé et la fonction est réglementée par l'Arrêté royal du 30 août 2013 relatif à l'accès à la profession d'agent immobilier et complété par la Loi du 11 février 2013 organisant la profession. 

L'IPI gère et contrôle la profession sous tutelle ministérielle. Son rôle est de vérifier si l'agent travaille dans le respect des règles. Il donne des avertissements, des blâmes, des suspensions ou il radie l’agent immobilier qui ne respecte pas le code de déontologie. L’agent immobilier qui veut être reconnu paie une cotisation à l’IPI. Cette cotisation constitue un des éléments d’accès à la profession.

Après avoir demandé son inscription à l'IPI comme stagiaire agréé, le jeune diplômé doit obligatoirement réaliser un test de compétences qui permet d’évaluer ses connaissances professionnelles et ses aptitudes. Il ne s’agit pas d’un examen d’entrée. En effet, cette procédure permet uniquement à l’IPI d’identifier les éventuels points à travailler du candidat. Une fois cet examen réalisé, ce dernier effectue alors un stage chez un agent agréé. A l’issue de ce stage, la passation d’un test d’aptitude pratique permet à l’IPI de vérifier si le jeune diplômé est à même d’exercer la profession d’agent immobilier conformément aux lois en vigueur et aux règles déontologiques. Une fois cette évaluation réussie, il est finalement inscrit au tableau des titulaires. 

[1] Institut professionnel des agents immobiliers.

Autres appellations : Administrateur·rice de biens, Chargé·e de groupe d’immeubles, Gestionnaire de biens immobiliers, Gestionnaire locatif·ive, Agent·e immobilier·ère régisseur·euse
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus
Le SALON SIEP VIRTUEL se déroulera du 21 au 24 avril de 13h à 19h et vous pouvez déjà vous enregistrer. C'est par ici !