Le tôlier, très actif dans le domaine de l'aéronautique mais également dans d'autres secteurs industriels, est un élément indispensable dans la construction d'un avion. Il travaille le métal sous forme de tôles et de profilés. A partir d'un plan, il réalise des pièces primaires de structures chaudronnées par la mise en forme et l'assemblage de différents types de matériaux (métaux ferreux ou non, inox, aluminium, tôles, plaques, tubes de métal, acier, cuivres, titane, plastiques, composites, etc.) de différentes dimensions selon les règles de sécurité en vigueur.

Au moyen de machines à commandes numériques ou d'outils à main, il réalise des opérations de découpage (cisaillage, découpage au laser ou autres, poinçonnage, sciage, tronçonnage, etc.) et met la pièce en forme (pliage, cintrage, étirage, etc.). Il est également capable d'effectuer du soudage (à flamme, avec électrodes, etc.) et de procéder à des contrôles-mesures.

Au préalable à son travail, ce professionnel doit décoder et analyser un dossier (fiche technique, plan détaillé). Il a aussi pour tâche d’exécuter les traitements thermiques adaptés aux matériaux, toujours suivant la mise en forme stipulée sur le dossier de fabrication.

Ce métier allie des techniques traditionnelles, comme le rivetage [1], aux nouvelles technologies. Il implique des procédés d'assemblage de matériaux composites, tels le Kevlar [2] ou les colles époxy [3]. La variété des opérations réalisées et donc des machines à utiliser évite la monotonie du travail. L'ordinateur est omniprésent et assiste le tôlier-formeur dans son travail au quotidien.

 

[1] Assembler au moyen de rivets

[2] Fibre qui possède des caractéristiques de grande résistance et de faible densité.

[3] Colles à deux composants (résine époxydique et durcisseur) qui offre un collage rapide, résistant, d'une bonne tenue à l'humidité et aux températures.

 

Compétences & actions

  • Connaître les différents matériaux et leurs caractéristiques métallurgiques
  • Maîtriser les techniques de découpe de matériaux, de procédés de formage, d'assemblage, de soudage, des techniques d'usinage
  • Utiliser des outils manuels (clé, pince, scie), électroportatifs (scie électrique, ponceuse)
  • Connaître des logiciels de conception et de dessins assistés par ordinateur (CAO/DAO)
  • Connaître les procédures liées aux matières dangereuses ou déchets dangereux
  • Lire, comprendre et appliquer des instructions figurant dans des manuels techniques, plans, croquis, etc.
  • Contrôler les pièces, l'assemblage et réaliser les finitions (meulage, ébavurage [1], redressage, etc.)
  • Renseigner les supports qualité et de suivi de production/réalisation (incidents, interventions)
  • Se conformer aux règles de sécurité en vigueur

 

[1] Opération destinée à enlever sur une pièce brute de formage ou d'usinage l'excès de métal ou "bavure".

Savoir-être

  • Habileté manuelle
  • Rigueur et précision
  • Méticulosité et minutie
  • Capacités d'attention
  • Sens de l'analyse
  • Sens des responsabilités
  • Esprit d'initiative
  • Organisation
  • Bonne condition physique

Cadre professionnel

Ce métier s'exerce au sein d'entreprises industrielles, notamment celles qui sont spécialisées dans la construction aéronautiques, en relation avec différents services (maintenance, méthodes, qualité). L'activité varie selon l'organisation (îlots, lignes de production, etc.), le type d'équipements (conventionnels, numériques) et le type de produits fabriqués. Elle peut s'exercer par roulement, de jour comme de nuit, en atelier mais aussi sur chantiers (dans le pays ou à l'étranger). Sur les gros ouvrages, ce professionnel travaille en équipe. Lorsqu'il réalise des ensembles de dimensions plus modestes, il réalise sa pièce en autonomie.

Le port d'un équipement spécifique (chaussures de sécurité, gants, casque anti-bruits, lunettes de protection, etc.) est requis. Il travaille le plus souvent debout, dans un environnement bruyant. Il doit pour cela être en bonne santé, avoir une bonne vue et une excellente représentation spatiale, nécessaire à son activité. Après quelques années d'expérience, le tôlier peut coordonner une équipe et devenir chef d'atelier.

Autres appellations : Assembleur·euse au plan en chaudronnerie, Chaudronnier·ère-formeur·euse, Chaudronnier·ère-tôlier·ère, Ferreur·euse en chaudronnerie-tôlerie, Opérateur·rice en chaudronnerie, Opérateur·rice en construction métallique soudée, Opérateur·rice en tôlerie industrielle, Serrurier·ère-métallier·ère industriel·le, Technicien·ne de production en tôlerie, Technicien·ne en construction mécano-soudée, Tôlier·ère-serrurier·ère, Tôlier·ère-traceur·euse, Traceur·euse en chaudronnerie, Traceur·euse en construction aéronautique

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.