Siep Logo

Enquêteur·rice à la police

Sécurité / Police

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Code Riasec ERS - Mise à jour 10/10/2019

Lorsque l’on ouvre les journaux, on y retrouve quotidiennement des faits de criminalité : meurtres, trafics de drogue et d’armes, vols, viols, traite des êtres humains, prostitution, faits de corruption, etc. Cette criminalité doit être traitée par des spécialistes : des policiers expérimentés et motivés par le travail d’investigation.  

De nos jours, l'enquêteur doit souvent se spécialiser, voire se sous-spécialiser, car les domaines de la criminalité se diversifient de plus en plus. L'enquêteur peut lutter contre : 

  • Le banditisme (hold-up, home-jacking, vol à main armée, etc.)
  • Les trafics organisés (drogue, voitures, êtres humains, etc.)
  • Le blanchiment d'argent, les infractions de type fiscal ou social (négriers, etc.)
  • La criminalité informatique (sites à caractères pédopornographique, hackers, etc.), mais il peut aussi analyser les disques-durs d'ordinateurs saisis dans le cadre d'une affaire financière 
  • Les homicides (meurtres, coups et blessures, etc.) 

La mission de l’enquêteur est de constater les infractions, de rechercher les preuves, d’identifier les auteurs et enfin, de les arrêter pour les confier au juge compétent.

Pour ce faire, l’enquêteur étudie les circonstances du crime, recueille des indices (empreinte digitale, trace de pas, poil, mégot de cigarette, morceau de verre, etc.), interroge les victimes, les témoins et les suspects, organise des projets de surveillance et des perquisitions, met en place des réseaux d'informateurs. Il s’agit d’un travail colossal qui nécessite une étroite collaboration entre les divers services judiciaires nationaux et internationaux, mais aussi avec la police locale. Il rédige des rapports de ses enquêtes qui seront présentés lors du procès de l’accusé.

L’enquêteur s'efforce aussi d'élucider rapidement les crimes afin d’assurer la sécurité du public.

 

Compétences & actions

  • Analyser des preuves et résoudre des problèmes
  • S’adapter aux personnes et aux situations
  • Garder son sang-froid face à des situations difficiles
  • Posséder des capacités relationnelles et communicationnelles
  • Connaître les droits et obligations inhérents à sa fonction
  • Rédiger des rapports en fin de missions

Savoir-être

  • Résistance au stress
  • Intégrité
  • Disponibilité 
  • Bon équilibre psychologique
  • Sens de de l’observation et de la recherche
  • Capacité à faire des liens rapidement
  • Esprit de synthèse
  • Persévérance
  • Facilité de contact
  • Ouverture d'esprit

Cadre professionnel

Les enquêtes sont dirigées par les magistrats du Parquet ou le juge d'instruction de l’arrondissement judiciaire. Les enquêteurs les informent en permanence des évolutions de chaque dossier. Le magistrat peut ainsi rassembler les informations provenant de différentes sources et superviser l'enquête.

Les horaires de travail peuvent être variables et demandent une très grande disponibilité. En effet, il arrive régulièrement que l’enquêteur doive assurer des gardes et prester des heures supplémentaires.  

Conditions requises

Pour accéder à la formation permettant d’obtenir le brevet d’enquêteur, le fonctionnaire de police devra d'abord faire ses preuves dans la fonction qu’il occupe et posséder au minimum 5 années d’expérience en intervention.

Autres appellations : Enquêteur·rice, Fonctionnaire de police, Policier·ère
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.