Sécurité, prévention & secours Magazine n°62

Publié en Novembre 2019  —  Magazine précédent  —  Archives
Couverture magazine brusafe

Edito par Brusafe 

A Bruxelles, près de 12.000 professionnels sont actifs dans la chaîne de sécurité, de prévention et de secours, aussi appelée chaîne SPS. Ces professionnels dépendent d’autorités différentes : le fédéral, le local, le communal, le régional et le communautaire.

Suite à la sixième réforme de l’Etat, de nouvelles compétences ont été attribuées aux Régions, notamment en matière de prévention et de sécurité. C’est dans ce cadre que le Gouvernement de Bruxelles-Capitale a décidé de créer une nouvelle école des Métiers de la Sécurité, de la Prévention et du Secours composée des quatre écoles existantes (école de police, de pompiers, d’aide médicale urgente et le volet prévention de l’école régionale d’administration publique). Celle-ci a été appelée Brusafe.

Dans les missions de Brusafe, nous pouvons notamment retrouver une vision intégrée et multidisciplinaire de la sécurité, la mutualisation de processus communs (tels que la pédagogie ou l’administration), une infrastructure commune et la création d’un Centre d’Orientation au Recrutement ayant pour objectif d’informer et conseiller toute personne en recherche d’orientation ou de réorientation vers un des métiers de la chaîne de la sécurité, de la prévention et du secours.

Que vous désiriez être sapeur-pompier, éducateur de rue ou agent constatateur SAC, inspecteur de police ou fonctionnaire de prévention communal, secouriste-ambulancier ou agent de sécurisation,… tous ces métiers font partie d’une chaine de prévention et de sécurité au service du citoyen. 

Vous souhaitez connaitre les autres métiers de la chaine SPS ? Les services du Centre d’Orientation au Recrutement s’adressent à toute personne qui s’intéresse à nos métiers, que vous soyez étudiant, à la recherche d’un emploi ou que vous travailliez et cherchiez une nouvelle orientation. 

Concrètement, le centre propose :

  • Accueil personnalisé 
  • Information sur les différents métiers du secteur SPS de manière individuelle et collective (possible également pour les écoles et opérateurs de formation) 
  • Entretiens d’orientation
  • Bilans de compétences
  • Modules courts de détermination ciblée ; mises en situation professionnelle ; essais métiers
  • Préformations ou remédiations 
  • Accompagnement dans l’élaboration et la mise en place d’un projet professionnel

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ? Contactez-nous via notre site internet : https://brusafe.brussels/cor/

Dans ce magazine, vous pourrez retrouver certains des métiers compris dans la chaîne SPS, cependant il en existe bien d’autres encore. N’hésitez à venir nous rencontrer pour en discuter !

Introduction

En Belgique, la sécurité, la prévention et le secours (SPS) sont gérés par de nombreux professionnels œuvrant ensemble à venir en aide au citoyen. On y trouve notamment les policiers, pompiers, secouristes-ambulanciers, gardiens de la paix, éducateurs de rue, médiateurs, coordinateurs de plan d’urgence et fonctionnaires de prévention. Ensemble, ils forment une chaîne dans laquelle chaque maillon a son importance.

Pour travailler dans ce secteur, les profils recherchés sont variés : que vous ayez un diplôme supérieur ou non, de l’expérience ou non, il y aura toujours une fonction qui pourrait vous convenir.

Le policier est la personne qui veille au maintien de l'ordre et de la paix, à l'application des lois et des règlements, à la protection du public et à la prévention du crime. Il existe deux grands types de fonctions au sein de la police : les fonctions en uniforme et les fonctions civiles (administratives, logistiques et d’appui). 

Le gardien de la paix, quant à lui, est chargé de missions de prévention dans le but d’accroître le sentiment de sécurité des citoyens, de prévenir les nuisances publiques, les incivilités et la criminalité au sein de sa commune. Il observe, constate et transmet toute information utile aux autorités compétentes.

L’éducateur ou travailleur social de rue assure une présence en rue et met en place des actions afin d’apporter un soutien, un accompagnement et une écoute à des publics en (potentielle) rupture sociale et/ou institutionnelle. Par son travail de proximité, il soutient la personne dans la recherche de solutions durables et la construction d’un projet réalisable. 

Le médiateur est chargé de la gestion des conflits relationnels des habitants, en favorisant le dialogue. Par une écoute attentive, il tente de renouer la communication et aide à la recherche de solutions qui prennent en compte les besoins et intérêts de chacun.

Le coordinateur de plan d’urgence communal contribue à la détermination d’actions et de mécanismes de coordination à mettre en place lors de la survenance d’une situation d’urgence. Son objectif est de mobiliser dans les meilleurs délais les moyens humains et matériels nécessaires afin d’organiser les interventions nécessaires à la protection de la population et des biens. 

Le fonctionnaire de prévention est responsable du service communal de prévention. Il est responsable des projets, des subsides et des résultats inhérents aux plans et programmes de prévention. Il dirige les équipes, leurs activités et optimise leur fonctionnement dans un souci de qualité des services rendus aux citoyens. Le fonctionnaire de prévention élabore la stratégie locale de prévention en fonction des objectifs et priorités des autorités.

Le pompier a pour mission de lutter contre les incendies et les catastrophes telles que inondations, explosions, effondrements, etc. Cependant, 80% du temps de travail du pompier est consacré au transport médical urgent. Il est en première ligne pour apporter les premiers soins aux personnes blessées. Un pompier professionnel peut également se spécialiser pour, par exemple, faire partie d’une équipe de secours cynophile ou être plongeur.

Le métier de secouriste-ambulancier est divisé en deux types d’interventions : le transport non urgent de patients et l’aide médicale urgente. Dans le premier cas, le secouriste-ambulancier transporte des patients dont l’état est stable. Dans le second cas, il répond à une demande du 112 pour intervenir en urgence. Son rôle est d’évaluer la gravité de la situation, de dispenser les premiers soins et, si besoin, d’appeler en renfort le SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation).

Ce magazine vous propose de découvrir ou de re-découvrir le monde de la sécurité, de la prévention et du secours. 

Bonne lecture !

Photo © Brusafe

 

Les métiers

 

Autant savoir

Il existe deux grands types de fonctions au sein de la police : les fonctions civiles (CALog pour « Cadre Administratif et Logistique ») et les fonctions en uniforme qui comprennent 4 grades policiers appelés « cadres » : 

  • Le cadre agent : agent·e de police 
  • Le cadre de base : inspecteur·rice de police
  • Le cadre moyen : inspecteur·rice principal·e spécialisé·e de police
  • Le cadre des officiers : commissaire 

En 2017, un nouveau grade a fait son apparition : agent·e de sécurisation. 

D’une manière générale, pour prétendre à une fonction en uniforme à la police, il faut répondre à certaines conditions générales d'admission et réussir une batterie d’épreuves de sélection. 

La réussite de la formation « Assistant·e aux métiers de la prévention et de la sécurité » organisée en enseignement secondaire (7e technique de qualification) ou en enseignement de promotion sociale (Certificat de niveau secondaire) permet de découvrir le domaine de la sécurité et d’être dispensé de l’épreuve cognitive.

La réussite de la formation permet également d’obtenir l'attestation de gardien de la paix, l'attestation d’agent de gardiennage, le brevet de secourisme et l'attestation de steward de football.

D’autre part, il existe une formation préparatoire gratuite qui s'adresse aux candidats qui souhaitent préparer les épreuves de sélection. Cette préformation, qui dure 4 à 5 mois, propose un programme de cours à temps plein, qui comporte, entre autres, les matières suivantes : français, préparations psychotechnique et psychologique, connaissance du métier de policier, institutions belges et européennes, actualité, communication, éducation physique. Les participants à cette préformation sont sélectionnés au préalable sur leur profil psychologique et sur leurs aptitudes médicales.

Remarque : ces informations sont susceptibles de changer d’une année à l’autre. N’hésitez pas à consulter jobpol.be/fr/evenements pour ne manquer aucun événement !

Les épreuves de sélection pour viser une fonction en uniforme à la police

1re épreuve : l’épreuve cognitive

Durant l’épreuve d’aptitudes cognitives, le candidat devra passer différents tests :

  • des tests psychotechniques évaluant son raisonnement abstrait et numérique ainsi que sa capacité à manier des informations
  • des tests orthographiques et grammaticaux de la langue dans laquelle le candidat s'est inscrit
  • l’aptitude à rédiger

En cas de réussite, l’attestation reste valable à vie pour le même niveau. Il est possible d’être dispensé de cette épreuve si on l’a déjà réussie auparavant, si l’on est en possession d’un diplôme plus élevé que celui demandé pour l’emploi visé ou si l’on est titulaire du certificat d’Assistant·e aux métiers de la prévention et de la sécurité.

2e épreuve : l’épreuve sportive

L’examen physique comprend un parcours fonctionnel, scindé en deux parties distinctes, à présenter l’une à la suite de l’autre :

  • Un parcours avec une série de six obstacles (un escalier d’une hauteur de 2m suivi d’un saut, un saut en longueur, un saut en hauteur, un tunnel, une poutre d’équilibre et à nouveau un escalier suivi d’un saut). L’ensemble du parcours doit être réalisé à trois reprises dans un temps maximum de 3 minutes 20 pour les candidates féminines et de 2 minutes 50 pour les candidats masculins.
  • Un test de robustesse composé de quelques exercices physiques à réaliser en un temps maximum de 60 secondes :
    • un test de poussée et de traction d’un chariot pesant 200 kg (aller-retour sur une distance de 10m)
    • un test de transport d’un mannequin pesant 48 kg (aller-retour sur une distance de 5m)

En cas de réussite, l’attestation reste valable un an.

3e épreuve : la personnalité

Durant cette épreuve, qui se déroule à Bruxelles, le candidat devra se soumettre à :

  • un questionnaire informatisé de personnalité
  • un questionnaire biographique
  • des mises en situation à réaliser seul ou en groupe
  • le test du bac à courrier
  • une interview structurée

4épreuve : la commission de sélection

Cette épreuve, qui dure environ une heure, consiste en un entretien devant un jury. Cet entretien a pour but d'évaluer l'aptitude globale du candidat pour la fonction visée sur base, d'une part, d'une synthèse de l'ensemble des épreuves de sélection précédentes et, d'autre part, des informations complémentaires obtenues lors de cette interview.

5e épreuve : l’épreuve médicale

L’examen médical comprend les analyses et examens suivants :

  • examen biométrique (taille et poids)
  • vue
  • audition
  • examen clinique
  • électrocardiogramme
  • urines

Après avoir réussi la procédure de sélection, le candidat obtient un brevet de réussite valable pendant deux ans. Celui-ci lui permet d’entrer en formation dans l’une des académies de police.

L’enquête de moralité

Toute personne souhaitant travailler à la Police doit être de conduite irréprochable. C’est pourquoi le Service Recrutement et Sélection effectue une enquête de moralité sur chaque candidat. Elle porte sur les antécédents, avec ou sans circonstances aggravantes, le casier judiciaire, etc. Les petites infractions, telles que les amendes de stationnement, ne font généralement pas obstacle à la procédure de recrutement. Si des objections sont retenues, le chef du Service Recrutement et Sélection peut imposer une restriction territoriale et interdire au policier de travailler sur un territoire déterminé tant que la restriction demeure d'application.

Une police organisée

Auparavant, il existait trois corps de police : la gendarmerie, la police communale et la police judiciaire. Aujourd’hui, tous trois sont intégrés dans la « nouvelle police », structurée en deux niveaux : 

  • La police locale composée des brigades de gendarmerie et des corps de la police communale
  • La police fédérale composée de la police judiciaire et de la gendarmerie (à l'exception des brigades)

La police locale et la police fédérale ont chacune leur rôle propre. Néanmoins, elles se complètent et collaborent régulièrement. Ensemble, elles assurent ce que l’on appelle la fonction de police intégrée.

La police locale

La police locale est structurée par zones de police. Il en existe actuellement 187 en Belgique. Deux types de zones sont néanmoins à distinguer : les zones monocommunales (comprenant une seule ville ou commune) et les zones pluricommunales (regroupant plusieurs communes ou villes). La direction de zone de police locale est assurée par un commissaire divisionnaire. 

Chaque zone de police a pour mission d’assurer au minimum 7 fonctionnalités de base administratives (le maintien de l’ordre public, la gestion de la circulation, etc.) ou judiciaires (les enquêtes) :

  • Le travail de quartier : contacts réguliers avec la population
  • L’accueil des personnes se rendant au commissariat et le relais vers les services compétents
  • L’intervention : la police locale (aussi appelée police secours) effectue des patrouilles régulières et reste joignable 24h/24 et 7j/7
  • L’aide policière aux victimes : assistance et prise en charge des victimes de faits délictueux. Accueil de première ligne, information et soutien (psychologique ou juridique)
  • La recherche locale ou enquêtes judiciaires portant sur des phénomènes criminels complexes et des auteurs de faits divers au niveau local (exemple : un trafic de stupéfiants)
  • La gestion négociée de l’espace public lors de manifestations, d’événements, de marchés, etc.
  • La circulation : actions préventives/répressives, régulation de la circulation, constats lors d’accidents de circulation, etc.

En outre, la surveillance, le contrôle ou la protection particulière de biens et de personnes, la protection des transferts des détenus, les polices d’audience dans les Palais de Justice sont quelques-unes des missions à caractère fédéral que la police locale peut aussi réaliser.

La police fédérale

Un commissaire général dirige la police fédérale qui se compose de trois directions générales (la police administrative, la police judiciaire fédérale et la gestion des ressources humaines et de l’information) ainsi que de directions et services centraux à Bruxelles et de directions et services déconcentrés dans les arrondissements. Ses missions de police judiciaire et de police administrative peuvent s’étendre à d’autres territoires que ceux couverts par la zone de police. On parlera alors de missions « supra locales ». Elle peut également intervenir en soutien à la police locale (renfort en ressources humaines, appui logistique ou encore informatique).

La Direction générale de la police administrative se compose d’une direction centrale et de services spécialisés tels que :

  • La Direction des opérations de police administrative
  • La Direction de la police de la route qui se compose de services centraux et déconcentrés
  • La Direction de la police des chemins de fer
  • La Direction de la police de la navigation
  • La Direction de la police aéronautique
  • La Direction d'appui canin
  • La Direction d'appui aérien
  • La Direction de sécurité publique (comprenant, par exemple, la police à cheval, des arroseuses, etc.)
  • La Direction de protection composée des détachements chargés respectivement des missions spécialisées de protection de personnes et de biens, de la protection des membres de la famille royale et des palais royaux et de missions de police auprès du SHAPE (quartier général des forces de l'OTAN en Europe)
  • Un secrétariat

De manière générale, elle assure les missions suivantes :

  • Police de la route sur les autoroutes et les routes
  • Police de la navigation sur la Mer du Nord et sur les voies navigables
  • Police des chemins de fer sur les voies ferroviaires et dans les gares
  • Police aéronautique à l'aéroport national et dans cinq aéroports régionaux
  • Contrôle de l'immigration et des frontières
  • Protections telles que les escortes de transports de fonds, transferts de détenus dangereux, surveillance des palais royaux et protection des membres de la famille royale ou encore missions de police auprès du SHAPE (quartier général des forces de l'OTAN en Europe)

Par ailleurs, la police administrative fournit également un appui aérien, un appui spécialisé en maintien de l’ordre, un appui canin spécialisé et un appui de cavalerie. Enfin, elle est également chargée de l’organisation de la réserve fédérale d’intervention.

La Direction générale de la police judiciaire se divise en directions centrales et en directions déconcentrées et est conduite par un directeur général. La police judiciaire s’attache prioritairement à lutter contre la criminalité supra locale qui présente un caractère organisé et qui fragilise la société. Elle vise également à combattre les délits qui impliquent des recherches et des enquêtes spécialisées en raison de leur nature complexe et de leur ampleur. Les enquêtes judiciaires ou de recherche sont dirigées par le procureur du Roi et des juges d’instruction, au niveau des arrondissements et par le parquet fédéral, au niveau fédéral.

La Direction générale de la gestion des ressources et de l'information se compose des services dépendant directement du directeur général et de 4 directions :

  • Direction du Personnel : gestion du personnel (sélection, recrutement, formations, etc.) 
  • Direction de la Logistique : gestion de l'équipement et de l'infrastructure de la police fédérale (uniformes, armement, etc.).
  • Direction de l'information policière et des moyens de Technologies de l'Information et de la Communication (ICT) : préparation de la politique et des règles relatives au traitement de l'information policière et aux systèmes d'information et de communication de la police intégrée, des normes techniques et des règles de gestion des systèmes d'information et de communication de la police intégrée, etc.
  • Direction des Finances : gestion administrative des finances de la police fédérale, suivi des crédits, contrôle interne des finances, etc.

Cette Direction assure la gestion des moyens non opérationnels de la police fédérale, ce qui comprend le personnel et les moyens matériels et financiers ainsi que les entités de la police fédérale. Elle apporte également son appui aux différentes zones de police locale, aux autorités locales ainsi qu’aux entités policières fédérales. Elle réalise aussi des missions qui participent au fonctionnement intégré des polices fédérale et locale.

Organisations syndicales

La circulaire GPI80 détaille le statut syndical du personnel de la police. On distingue les organisations syndicales représentatives et les organisations syndicales agréées. La différence réside dans les prérogatives qui y sont attachées. Ainsi, pour les agréées, ces prérogatives consistent à agir dans l’intérêt de membres du personnel, à assister des membres du personnel, à afficher des avis et à recevoir de la documentation. Pour les organisations syndicales représentatives, viennent s’ajouter les prérogatives suivantes : percevoir les cotisations syndicales dans les locaux pendant les heures de service, assister aux examens organisés pour les membres du personnel, organiser des réunions dans les locaux des services de police, participer aux comités de négociation et de concertation, gérer le service social et la participation prévue statutairement aux réunions de certaines commissions et de certains organes.

Il existe, à l’heure actuelle, 6 organisations syndicales agréées :

Seules 4 sont représentatives : SNPS, SLFP-Police, CSC Services Publics Police, CGSP ADMI Fédéral.

 

Bonnes adresses

Brusafe - Ecole Régionale des Métiers de la Sécurité, de la Prévention et du Secours

brusafe.brussels

Police Fédérale

www.polfed.be

Police locale

www.policelocale.be

Recrutement

www.jobpol.be - Tél. : 0800/99505

Recrutement des agent·e·s de sécurisation

www.jesecurise.be 

Sur www.jobpol.be, vous trouverez un tas d’informations sur les formations préparatoires aux épreuves de sélection, les emplois vacants, les fonctions en uniforme et civiles, les possibilités de rencontrer des policiers pour discuter de leur fonction, des trucs et astuces sur les épreuves de sélection ou encore la possibilité de réaliser des simulations de salaire. Il est aussi possible de retrouver des tests psychotechniques et linguistiques sur www.selor.be ou encore www.cefig.be.

Le Service Public Fédéral Santé publique organise les soins de santé en Belgique. Ses domaines de compétence sont, entre autres, la coordination de l’aide médicale urgente. Site : https://www.health.belgium.be

Sécurité et prévention

www.besafe.be/fr

Pour connaitre les missions des maisons de justice

www.maisonsdejustice.be

Fédération Royale des Corps de Sapeurs-Pompiers de Belgique

www.frcspb.be

Pour comprendre le trajet de recrutement pour devenir pompier

pompiers.be

Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

www.urbansecurity.be

Le Selor

Partenaire RH de plus de 150 services publics différents, Selor organise notamment les tests pour le secteur du gardiennage et de la sécurité.

www.selor.be

Informations sur les services publics de sécurité fédéraux et communaux (les services de secours, les services de police, etc.).

www.belgium.be/fr/justice/securite/precautions_a_prendre/services_de_securite

Fédération Royale des Corps de Sapeurs-Pompiers de Belgique

www.frcspb.be 

 

Sources

 

Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les personnes interrogées pour la réalisation du contenu apparaissant sur ce site internet.

Nous souhaitons remercier plus particulièrement Grégory Jonniaux de la police fédérale (Service Recrutement pour les provinces Hainaut - Namur - Brabant Wallon) pour son aide précieuse.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.