Le maître-chien a pour mission de dresser les chiens à destination de professionnels, de les faire obéir, de façon à remplir différents objectifs : sauvetage, défense ou encore sécurité. Il forme et éduque l’animal dès son plus jeune âge et lui apprend la patience et l’obéissance, avant de l’initier à la dissuasion ou à la recherche d’objets ou de personnes.

Le maître-chien fait répéter inlassablement différents exercices aux animaux, dans différentes conditions (feu, neige, eau, etc.), afin que ces derniers soient parés à intervenir lors de tous types de situation requérant leur présence (catastrophes, grands rassemblements et manifestations, détection d’explosifs, pistage, etc.). Concrètement, le chien apprend notamment à marquer un arrêt devant les obstacles, à retrouver des personnes disparues, à rechercher de la drogue, etc. Quelle que soit la mission, le maître-chien et l’animal doivent former un duo très complémentaire afin que leur collaboration soit productive.

Le maître-chien peut également transmettre différentes techniques de dressage pour les chiens de particuliers, dans des clubs ou académies de dressage. Il propose, entre autres, des exercices d’agilité, des sports d’obstacles, etc.

 

Compétences & actions

  • Posséder des connaissances en psychologie animale, en éthologie, etc.
  • Pouvoir mettre en œuvre les différentes techniques de défense, de sécurité
  • Pratiquer un entraînement régulier avec l’animal
  • Apporter les soins adéquats à l’animal, veiller à son bien-être
  • Pouvoir vivre au quotidien avec l’animal
  • Connaître les dispositions légales qui régissent la profession

Savoir-être

  • Passion pour les chiens
  • Bonne résistance physique
  • Sang-froid, maîtrise du stress
  • Sens de l’observation
  • Intuition
  • Réactivité
  • Flexibilité
  • Improvisation
  • Patience
  • Discipline

Cadre professionnel

On retrouve des maîtres-chiens dans la police, l’armée, la protection civile ou encore les sociétés de gardiennage privées. Ils exercent leurs missions de jour comme de nuit et selon des horaires irréguliers. Les missions peuvent également être particulièrement risquées (incendies, déminage, tremblements de terre, etc.).

A la police fédérale, le chien est dressé par un spécialiste dans un centre canin et ensuite remis à un policier et qui aura suivi la formation spécifique. Le policier n’est pas le propriétaire du chien, même s’il le garde à son domicile. Au niveau local, le policier, devra par contre dresser lui-même l’animal dans un centre et présenter des examens par la suite.

Plusieurs spécialisations sont possibles : chien pisteur (recherche de personnes vivantes sur base de l’odeur) ; chien drogues passifs et actifs (manifeste la détection de produits stupéfiants en s’asseyant ou en aboyant); chien restes humains (recherche de personnes décédées, de liquides physiologiques et de sang) ; chien détecteur de foyer d’incendie, chien de patrouille (chien de police polyvalent) ; chiens explosifs ; chien d’attaque et chien contrôle de la migration.

Dans l’armée belge, c’est l’UCI (l’unité de chenil interforces) qui est chargée de l’achat, de la gestion et des soins des chiens militaires. Le maître-chien peut proposer son propre chien à l’armée mais des tests de sélection seront effectués.

Dans la Protection civile, les équipes de secours avec des chiens, également appelées équipes de secours cynophile, sont spécialisées dans la recherche de personnes disparues. Elles collaborent étroitement avec la Justice et la Police. Ces équipes peuvent opter pour une spécialisation déterminée ou parfaire leurs connaissances dans les deux spécialisations proposées : les chiens de sauvetage (recherche de personnes vivantes enfouies sous des décombres après des effondrements ou tremblements de terre) et les chiens de quête croisée (recherche de toute personne qu’ils peuvent trouver sur des régions étendues, sans aucune trace ou odeur de référence. Ces équipes sont aussi régulièrement envoyées à l’étranger pour participer à des interventions ou à des exercices internationaux. Les équipes de secours cynophiles sont membres des services d’incendie ou de la Protection civile et doivent avoir réussi l’examen de la/les spécialisation(s) de leur choix.

Pour travailler dans le privé, il faut suivre une formation agréée par le Ministère de l’Intérieur qui comprend la formation de base nommée « loi Tobback », suivie d’une spécialisation « maître-chien».

Enfin, le maître-chien peut aussi travailler comme bénévole ou salarié dans des académies canines.

Autres appellations : Agent·e cynophile, Brigadier·ère canin·e, Cynotechnicien·ne, Instructeur·rice canin·e

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.