Siep Logo

Agent·e de sécurisation

Sécurité / Police
Sécurité / Protection & surveillance

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Mise à jour 10/10/2019

En 2017, la « Direction de la Sécurisation » (DAB) a été créée au sein de la police fédérale. Ce service a pour objectif de remplacer progressivement le travail effectué par les militaires. 

Cette nouvelle direction se compose des agents du corps de sécurité du SPF Justice, de militaires et des membres du personnel de Brussels Airport Company (inspecteurs de l'inspection aéroportuaire) ainsi que de personnel ayant fait l’objet d’un recrutement externe. Ils sont appelés « Agents de sécurisation ». 

L’agent de sécurisation est un agent de terrain dont le travail consiste à sécuriser des infrastructures, des valeurs ou encore des biens publics : les sites nucléaires, les infrastructures de l’aéroport de Brussels Airport, les institutions nationales/internationales et européennes, les infrastructures critiques, les bâtiments du SHAPE[1] et de l’OTAN[2], les palais royaux, les opérations ponctuelles de police, etc.

Ses responsabilités portent également sur :

  • Le transfert des détenus 
  • La police des cours et tribunaux
  • Les patrouilles de sécurisation (aéroports, ambassades, etc.)
  • L’ordre public en cas d’incidents 
  • L’intervention lors d’incidents avec des passagers 
  • La réalisation d’escortes protocolaires 
  • etc.

L’agent de sécurisation dispose d’une compétence policière limitée. Les missions de sécurisation sont accomplies avec une arme. Toutefois, n’ayant pas de compétence judiciaire, il n’est pas en mesure de prendre en charge un dossier pour un fait pénalement répréhensible. Ainsi, s’il est témoin d’une telle situation, il doit la « geler », ce qui signifie qu’il peut maintenir une personne en attendant que les inspecteurs descendent sur place pour prendre le relais.

[1] Le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (en anglais : Supreme Headquarters of Allied Powers in Europe - SHAPE), situé à Mons, est le centre de commandement militaire des forces de l’OTAN en Europe.  

[2] L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (en anglais : North Atlantic Treaty Organization) est l’organisation politico-militaire mise en place par les pays signataires du traité de l’Atlantique nord (4 avril 1949) afin de pouvoir remplir leurs obligations de sécurité et de défense collectives.

 

Compétences & actions

  • Déceler rapidement des comportements suspects et des situations de conflits ou de danger
  • Faire face aux situations difficiles et dangereuses
  • Analyser et résoudre des problèmes
  • Avoir une approche juste des conflits
  • Résister à la fatigue physique et nerveuse
  • S’adapter aux différents publics rencontrés
  • Posséder des capacités communicationnelles 
  • Disposer des connaissances légales et administratives

Savoir-être

  • Résistance au stress
  • Sang-froid et calme dans toutes situations
  • Adaptation et réactivité
  • Capacité à convaincre
  • Sens de l’écoute et facilité de contact
  • Bonne condition physique
  • Autonomie
  • Attention, concentration et rigueur
  • Empathie et respect de l’autre
  • Impartialité et diplomatie
  • Intégrité
  • Patience

Cadre professionnel

L’agent de sécurisation travaille dans des lieux très divers, que ce soit en extérieur ou en intérieur. Les déplacements peuvent être très fréquents et les horaires irréguliers. Il peut en effet prester des gardes de nuit, les week-ends ou les jours fériés.

S’il le souhaite, l’agent de sécurisation aura également la possibilité d’évoluer durant sa carrière (formations, mobilité interne).

Après 2 années d’ancienneté et une évaluation positive, l’agent de sécurisation peut participer aux épreuves de sélection pour le cadre de base (inspecteur de police).

Conditions requises

Aucun diplôme n’est exigé pour postuler au cadre d’agent de sécurisation. Le recrutement à ce poste est permanent. Vous pouvez consulter les places vacantes sur le site www.jobpol.be

D’une manière générale, pour pouvoir prétendre à une fonction en uniforme à la police, qu'elle soit fédérale ou locale, il faut répondre à certaines conditions générales d'admission et passer différents tests de sélection.

Pour participer aux épreuves de sélection, il faut :

  • Être de nationalité belge
  • Jouir de ses droits civils et politiques
  • Être de conduite irréprochable 
  • Avoir satisfait aux lois sur la milice (pour les candidats masculins) 
  • Être âgé de 17 ans au moins
  • Transmettre au service du Recrutement et de la Sélection un dossier d'inscription complet 
  • Respecter le délai d'1 an entre la notification d'un échec à une épreuve de sélection précédente et une nouvelle inscription pour le même cadre 
  • Ne pas faire l'objet d'une interdiction légale de port d'armes, ni refuser ou s'abstenir de toute forme d'usage d'armes 
  • Fournir un extrait du casier judiciaire d'une ancienneté maximale de 3 mois à la date de dépôt de la candidature 

Pour débuter la formation d’agent de sécurisation :

  • Être âgé d'au moins 18 ans 
  • Disposer des aptitudes physiques requises et être exempt de tout handicap incompatible avec les exigences de la fonction visée 
  • Avoir réussi les épreuves de sélection 
  • Être en possession du permis de conduire de catégorie B (boîte manuelle)

Epreuves de sélection

L’agent de sécurisation doit passer et réussir 5 épreuves de sélection avant d’accéder à la formation obligatoire de 6 mois organisée dans une école de police.

Les épreuves de sélection sont réparties sur 4 journées qui s’étendent sur une période de 3 à 6 mois qui suit le dépôt de la candidature.

La réussite de la 7ème Technique de Qualification « Assistant·e aux métiers de la sécurité et de la prévention » organisée dans l’enseignement secondaire de plein exercice permet de découvrir le domaine de la sécurité et d’être dispensé de l’épreuve d’aptitudes cognitives.

1re et 2e épreuves : les épreuves cognitive et sportive

Durant l’épreuve d’aptitudes cognitives, le candidat devra passer différents tests :

  • Des tests psychotechniques évaluant son raisonnement abstrait et numérique ainsi que sa capacité à manier des informations  
  • Des tests orthographiques et grammaticaux de la langue dans laquelle le candidat s'est inscrit 
  • L’aptitude à rédiger

Il est possible d’être dispensé de cette épreuve si on l’a déjà réussie auparavant ou si on est en possession d’un diplôme plus élevé que celui demandé pour l’emploi auquel on postule. En cas de réussite, l’attestation reste valable à vie pour le même niveau. 

L’examen physique comprend le parcours fonctionnel. Celui-ci se compose de 2 parties distinctes, à présenter l’une à la suite de l’autre :

  1. Un parcours avec une série de 6 obstacles (un escalier d’une hauteur de 2m suivi d’un saut, un saut en longueur, un saut en hauteur, un tunnel, une poutre d’équilibre et à nouveau un escalier suivi d’un saut). L’ensemble du parcours doit être réalisé à 3 reprises dans un temps maximum de 3 minutes 20 pour les candidates féminines et de 2 minutes 50 pour les candidats masculins.
  2. Un test de robustesse composé de quelques exercices physiques à réaliser en un temps maximum de 60 secondes :
    • Un test de poussée et de traction d’un chariot pesant 200 kg (aller-retour sur une distance de 10m) 
    • Un test de transport d’un mannequin pesant 48 kg (aller-retour sur une distance de 5m)

En cas de réussite, l’attestation reste valable 1 an. 

3e épreuve : la personnalité 

Durant cette épreuve, qui se déroule à Bruxelles, le candidat devra se soumettre à :

  • Un questionnaire informatisé de personnalité 
  • Un questionnaire biographique
  • Des mises en situation à réaliser seul ou en groupe 
  • Un test du bac à courrier 
  • Une interview structurée

4e épreuve : la commission de sélection

Cette épreuve, qui dure environ une heure, consiste en un entretien devant un jury. Celui-ci a pour but d'évaluer l'aptitude globale du candidat pour la fonction sur base, d'une part, d'une synthèse de l'ensemble des épreuves de sélection précédentes et, d'autre part, des informations complémentaires obtenues lors de cette interview.

5e épreuve : l’épreuve médicale

L’examen médical comprend les analyses et examens suivants : 

  • Examen biométrique (taille et poids) 
  • Vue 
  • Audition 
  • Examen clinique 
  • Électrocardiogramme 
  • Urines

En cas de réussite, l’attestation reste valable 2 ans. Une enquête sur le milieu et l'entourage du candidat (enquête de moralité) sera aussi effectuée en parallèle afin de vérifier qu'il dispose de suffisamment de légitimité pour pouvoir exercer sa fonction. Après avoir réussi la procédure de sélection, le candidat obtient un brevet qui reste valable 2 ans. Celui-ci lui permet de postuler ensuite dans la zone de police de son choix ou d’être intégré dans la réserve de recrutement.

Formations

Une formation préparatoire est organisée dans différentes écoles de promotion sociale ainsi que par le Centre de Formation-Insertion « Le Grain » (CEFIG). Elle s'adresse aux candidats qui souhaitent préparer les épreuves de sélection. Cette préformation, qui dure de 14 semaines à 6 mois, aborde différentes matières : français, préparations psychotechnique et psychologique, connaissance du métier de policier, institutions belges et européennes, actualité, communication, éducation physique, etc. Dans certains cas, l'accès à cette formation peut être soumis à des conditions particulières d'admission (diplôme, public cible, test d'admission, etc.). Pour plus d'informations sur les conditions d'admission, les horaires ou encore les coordonnées de ces établissements, vous pouvez prendre contact avec le service SIEP le plus proche de chez vous.

Remarque : ces informations sont susceptibles de changer d'une année à l'autre. N'hésitez pas à consulter www.jobpol.be/fr/evenements pour ne manquer aucun événement !

Les liens formations-métiers sont mis à jour annuellement.

Autres appellations : Fonctionnaire de police, Policier·ère
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.