Soigner et rééduquer

Paola Anello

Publié en Février 2020  —  Magazine précédent / suivant  —  Tous les magazines
couverture soigner et reeduquer

De la naissance aux derniers instants, de façon ponctuelle ou plus régulière, chacun de nous est accompagné durant sa vie par des professionnels de la santé dans le cadre de soins ou de rééducations. 

De nombreux praticiens du domaine paramédical œuvrent chaque jour à de multiples niveaux, accomplissant des actes liés au diagnostic ou au traitement d'un patient. Ils ne posent pas eux-mêmes de diagnostic médical mais interviennent sur prescription médicale et/ou sous la supervision d'un médecin ou d'un dentiste. 

Les professions paramédicales ont cette particularité de devoir concilier les relations humaines et la communication avec une part de technicité de plus en plus importante (connaissances scientifiques, maîtrise de l’appareillage et des procédures, habileté gestuelle, etc.).

Ces métiers comprennent évidemment une forte dimension humaine et nécessitent de faire preuve d’empathie, d’écoute, de diplomatie et d’une bonne dose de patience. Ce qui relève parfois du défi au vu des conditions de travail de ces professionnels.

Ce magazine vise à présenter quelques-uns de ces métiers incontournables, à travers des fiches métiers, des interviews mais aussi des suggestions de formations.

Bonne lecture !

 

Les métiers

 

Autant savoir

Le marché de l’emploi

Pris dans son ensemble, le secteur des soins de santé occupe la troisième place au classement des secteurs offrant le plus de postes de travail salarié en Belgique et la deuxième en Wallonie, ce qui correspond à 12 % des emplois wallons.

En raison de l’évolution démographique et du vieillissement de la population, on constate une forte augmentation du nombre de travailleurs depuis dix ans. 

En 2020, plusieurs métiers sont déclarés en pénurie : ergothérapeute à Bruxelles, aide-soignant·e en Région germanophone, sans oublier infirmier·ère dans toutes les régions ! 

En analysant les offres d’emploi qui transitent par son site, le Forem constate qu’une large majorité des offres d’emploi concernent des jobs à temps partiel ainsi que des contrats à durée déterminée ou de remplacement. Petite particularité pour les métiers de diététicien·ne et de logopède, pour lesquels les contrats proposés relèvent surtout du statut d’indépendant. 

Un secteur en évolution constante

Le secteur des soins de santé est en perpétuelle évolution, comme en témoigne la création du métier d’hygiéniste bucco-dentaire en 2018. Une nécessité, selon la ministre en charge de la santé, qui permettra aux dentistes de se concentrer sur les interventions les plus lourdes.

La tendance allant vers une plus grande spécialisation des intervenants, d’autres professions paramédicales verront sans aucun doute leurs compétences, leurs tâches et leurs formations évoluer dans les prochaines années.

Actuellement, le secteur de la santé connaît des transformations importantes qui ont un impact direct sur la façon dont sont dispensés les soins :

  • Evolution sociétale : le vieillissement de la population provoque une augmentation du nombre de pathologies lourdes, des maladies chroniques, des traitements de longue durée et des soins de santé mentale ;
  • Evolution technologique : de nouveaux dispositifs médicaux voient régulièrement le jour (outils de gestion ou de diagnostic, optimisation des suivis et des traitements, etc.). Si ces technologies nouvelles permettent aux soignants d’être plus précis et efficaces dans leur travail, elles nécessitent aussi de participer à des formations continues régulières ;
  • Evolution budgétaire et politique : le secteur fait l’objet de politiques de maîtrise des dépenses publiques et de rationalisation des budgets, qui pèsent sur les institutions et modifient le quotidien des travailleurs.

Ainsi, on assiste notamment au développement du secteur de la santé ambulatoire. Les soins à domicile prenant de plus en plus souvent en charge des cas complexes qui étaient auparavant traités en milieu hospitalier.

Des métiers féminins ?

Bien qu’ouverts à tous, force est de constater que 75 % des métiers de la santé sont exercés par des femmes. Seuls 19 % des postes sont occupés par des hommes, là où la moyenne de l’ensemble des secteurs se situe aux alentours des 50 %[1].

Sans surprise, l’enquête sur les forces de travail publiée par Statbel en 2017 confirment ces chiffres : entre 92 et 97% des aides-soignant·e·s sont des femmes, comme c’est le cas pour plus de 99 % des sages-femmes et 89,9 % du personnel infirmier.

Professions réglementées

Les professions paramédicales sont réglementées, ce qui signifie que la formation minimale à suivre pour pouvoir exercer le métier est bien définie. En outre, ces professions nécessitent souvent une autorisation de pratiquer.

Pour l’obtenir, plusieurs conditions doivent être remplies :

  • Etre titulaire d’un titre ou de qualifications professionnelles particulières ;
  • Etre en possession d’un visa (une autorisation à pratiquer) et/ou d’un agrément (une autorisation à porter un titre professionnel). 

Le visa est accordé par le SPF Santé publique tandis que l’agrément est délivré par l’une des Communautés (française, germanophone ou flamande).

Pour chaque métier, il existe une liste précise des actes que le praticien est autorisé à accomplir et des conditions dans lesquelles il peut les réaliser.

Dans tous les cas, les praticiens du domaine paramédical sont tenus de suivre des formations continues afin d'entretenir et de mettre à jour leurs connaissances et compétences professionnelles.

[1] Source : Le Forem - 2016

 

Bonnes adresses

Service Public Fédéral (SPF) Santé publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement

Le SPF Santé publique organise les soins de santé en Belgique. Ses domaines de compétence sont, entre autres, le financement des hôpitaux, la politique des soins de santé, la coordination de l’aide médicale urgente.

https://www.health.belgium.be

INAMI 

Institut national d'assurance maladie-invalidité

Acteur-clé de la sécurité sociale, l'INAMI veille à ce que chaque assuré social ait accès à des soins de santé de qualité et obtienne un remboursement. Il soutient également l'activité des dispensateurs de soins (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, hôpitaux, maisons de repos, etc.) et des mutualités.

https://www.inami.fgov.be 

Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

https://www.deblock.belgien.be/fr

 
 

Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les personnes interviewées pour notre site Internet, ainsi que celles qui nous ont fourni les contacts de professionnels.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.