Mot d'origine grecque dont l'étymologie est «logo» (parole) et «paideuô» (former, corriger), la logopédie est le traitement systématique des troubles (congénitaux ou acquis) du langage, à la fois discours et pensée, et instrument de communication.

Auxiliaire paramédical, le logopède exerce une profession qui a pour objectif de provoquer, de faciliter, de libérer, de rétablir ou de contrôler, chez l'enfant comme chez l'adulte, un usage satisfaisant et valorisant des fonctions d'expression et de compréhension du langage.
Pour ce faire, il «effectue les actes ayant pour objet l'analyse, l'évaluation, la prévention et le traitement des troubles de la voix, de la parole et du langage oral et écrit, des fonctions cognitives et de toutes autres fonctions qui entravent la communication. Il conçoit et exécute l'ensemble des actes thérapeutiques et techniques qu'il juge appropriés pour remédier aux anomalies observées», d'après la définition de l'UPLF (Union Professionnelle des logopèdes francophones), et ce en collaboration avec les membres de l'équipe pluridisciplinaire : médico-psycho-pédagogique.

Le logopède pose les actes relatifs au dépistage, au bilan et au traitement logopédique des troubles :

  • spécifiques du développement ; 
  • d'origine neurologique, intellectuelle, psychoaffective, sociale, auditive et/ou visuelle ; 
  • de la respiration ; 
  • de la phonation ; 
  • de la résonance ; 
  • oro-myo-fonctionnels ;
  • tubaires; des fonctions praxiques et/ou gnosiques liées a l'acquisition du langage oral ou écrit ; 
  • bégaiements ;
  • bredouillements.

Le logopède décrit les symptômes présentés sur le plan logopédique et, dans les limites du bilan et du pronostic logopédiques, il collabore à l'élaboration du rapport d'examen et au choix des indications de traitement.
Le logopède élabore son action en tenant compte, par exemple, des indications médicales, psychologiques, sociales et pédagogiques ainsi que des objectifs successifs à atteindre dans le processus de (ré)adaptation.

Le logopède est avant tout le rééducateur du langage et de la communication orale et écrite. Il est donc l'intermédiaire privilégié entre le langage insuffisamment structuré de l'enfant et le discours social environnant. Il procure à l'enfant en difficulté d'apprentissage les outils nécessaires pour assimiler la parole, l'articulation, la lecture, l'écriture, l'expression et l'orthographe. Il tend à dédramatiser toute situation d'échec afin que l'enfant retrouve sa confiance en lui. Enfin, il suscite le plaisir et le désir de lire, d'écrire ainsi que l'envie de s'exprimer et de communiquer.

Auprès des enfants, le logopède agit principalement sur les causes des troubles de la communication : causes motrices, psychomotrices, sensorielles...

Il utilise des méthodes de rééducation faisant appel aux techniques de la psychologie relationnelle (phonétique, linguistique, psycholinguistique) et à différents jeux éducatifs. Il peut mettre au point des outils rééducatifs et créer du matériel. A l'inverse de l'enseignant, qui enseigne à toute une classe d'enfants, le logopède travaille avec un tout petit groupe d'enfants (4 maximum).

Pour mesurer la gravité des troubles qu'il doit traiter, le logopède utilise une batterie de tests et d'épreuves ainsi que diverses techniques appliquées, parfois au moyen d'appareils électroniques délicats (audiomètre, appareil d'amplification des sons, indicateur d'intonation...).

Deux tiers de la patientèle des logopèdes se composent d'enfants. Il s'agit :

  • de jeunes enfants présentant un retard de parole ou de langage, un défaut d'articulation, ou des problèmes orthodontiques, un problème de bégaiement
  • d'écoliers dyslexiques, dysorthographiques ou dyscalculiques
  • d'handicapés moteurs
  • d'handicapés déficients auditifs
  • de malades ou déficients mentaux
  • d'accidentés 
  • de déficients auditifs ou visuels 

Compétences & actions

  • Aptitudes scientifiques
  • Capacité à instaurer une bonne relation avec les enfants
  • Capacité d'insertion dans une équipe : dans les différentes institutions, le logopède exerce habituellement sa profession au sein d'une équipe ou psychologues, éducateurs assistants sociaux, enseignants et médecins confrontent leurs observations.
  • Facultés de communication : orale, verbale, non-verbale, écrite

Savoir-être

  • Disponibilité, écoute et respect
  • Équilibre personnel : beaucoup de problèmes phonétiques ou autres ayant des causes psychologiques, il est souhaitable de n'entreprendre ces études qu'en faisant preuve de beaucoup d'équilibre personnel.
  • Intérêt pour les problèmes médicaux et psychologiques
  • Gout des contacts humains
  • Patience et optimisme
  • Sens de l'observation aigu afin de dépister un trouble, de découvrir un symptôme

Cadre professionnel

Les emplois salariés sont très limités. Généralement, le jeune logopède cherche d'abord du travail dans une institution avant de s'installer comme indépendant. Bien que les besoins soient importants, les débouchés réels sont restreints : qu'il s'agisse de l'exercice à titre libéral ou à titre salarié, le marché est actuellement saturé.

Le logopède exerce ses activités :
· A titre libéral, auprès d'une patientele privée.
· A titre d'appointé, notamment dans les secteurs suivants :

Enfants et adolescents :

  • Pré-scolarité : consultations pour nourrissons, crèches ; 
  • Enseignement maternel, primaire et secondaire ordinaire ou spécial (tous types) ; 
  • Centres de guidance, PSE ; 
  • Milieux hospitaliers (pédiatrie, orthodontie, O.R.L.). 

Adultes et personnes âgées:

  • Centres et homes pour adultes handicapés mentaux ; 
  • Milieux hospitaliers (gériatrie, traumatologie, neuropsychiatrie...) ; 
  • Institutions et homes pour personnes âgées ; 
  • Centres d'alphabétisation ; 
  • Adultes incarcérés.

Titre requis

Voir également les filières de formation.

Autres appellations : Dans d'autres pays, et notamment en France, l'intitulé de logopède n'existe pas : on parle de logopédiste ou d'orthophoniste.
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.