Siep Logo

Infirmier·ère en soins généraux

Santé & bien-être / Pratique paramédicale & pharmaceutique

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé Métier en pénurie en Région bruxelloise Métier en pénurie en Région bruxelloise Métier en pénurie en Région germanophone Métier en pénurie en Région germanophone Métier en pénurie en Wallonie Métier en pénurie en Wallonie
Code Riasec SIA - Mise à jour 10/10/2019

Le rôle de l’infirmier est de maintenir, d’améliorer ou de rétablir la santé du patient, tant sur le plan physique que psychique et social.

Son travail s’effectue toujours en étroite collaboration avec le médecin, qu’il assiste notamment en prenant les paramètres (par ex. : tension, température, etc.) du patient et en tenant à jour son dossier médical, de façon à assurer le suivi de son état de santé.

Certaines prestations peuvent être accomplies par l’infirmier sans prescription médicale. C’est le cas des actes de surveillance respiratoire, de réanimation cardiopulmonaire, d’administration d’oxygène, de placement d’un cathéter, d’une perfusion intraveineuse ou d’une sonde gastrique.

L’infirmier peut également effectuer des soins de plaies, des soins d’hygiène spécifiques, manipuler des produits radioactifs et stériliser du matériel. Dans le secteur hospitalier, il intervient également dans la gestion de l’équipement chirurgical et la préparation du patient à l’anesthésie ou à l’intervention. Pendant l’intervention chirurgicale, l’infirmier assiste le médecin et effectue la surveillance continue du patient.

Il peut également, sans qu’une prescription médicale ne soit nécessaire, utiliser des appareils d’imagerie médicale, appliquer des thérapies par rayonnement, analyser des liquides corporels ou réaliser certains soins post-opératoires.

D’autres prestations doivent faire l’objet d’une prescription médicale comme le prélèvement de sang ou de sécrétions, l’administration de médicaments ou de vaccins, l’utilisation de certains appareillages et l’alimentation par intraveineuse.

L’infirmier peut aussi intervenir dans les soins de confort (soins d’hygiène, aide à l’alimentation) ou dans des tâches telles que la préparation et la distribution des repas ou la préparation des lits. Il occupe aussi un rôle important d'information et de conseil auprès du patient et de son entourage, notamment dans l’accompagnement des mourants et lors du processus de deuil. Enfin, l’infirmier participe à des actions de sensibilisation, de prévention ou de dépistage.

Avec de l’expérience, les fonctions d’un infirmier peuvent évoluer.

La fonction d’infirmier de référence lui permettra de mettre en avant un savoir-faire particulier dans un domaine spécifique de l'art infirmier (soins de plaies, clinique de la douleur, perfusions, diabétologie, nutrition, gériatrie, soins palliatifs, accompagnement des stagiaires, etc.). L’infirmier de référence occupe un rôle transversal qui vise l’amélioration de la qualité des soins et la transmission de son expertise aux équipes de premières lignes.

En devenant chef de service, son travail consistera à prendre en charge la gestion quotidienne du service et du personnel (répartition du travail, supervision, encadrement de l’équipe) mais aussi la coordination entre son département et les autres services hospitaliers. 

 

Compétences & actions

  • Posséder des connaissances en sciences infirmières et biomédicales
  • Etablir un diagnostic infirmier et réaliser un plan de soins
  • Analyser et interpréter des données
  • Surveiller l’état de santé du patient
  • Assister le médecin lors de certains examens
  • Effectuer des actes techniques (placer une perfusion, etc.)
  • Utiliser un appareillage spécifique
  • Exécuter des tâches de soin et de confort (toilette, alimentation, etc.)
  • Rédiger des rapports
  • Informer et soutenir le patient et ses proches
  • Collaborer avec son équipe et communiquer avec les autres professionnels de la santé
  • Suivre les règles de sécurité et d’hygiène
  • Respecter le patient, la confidentialité, la législation et les procédures
  • S’adapter à l’évolution constante des techniques et technologies

Savoir-être

  • Empathie, écoute et sens du dévouement
  • Communication aisée
  • Patience
  • Ouverture d’esprit et tolérance
  • Prise de recul
  • Maîtrise de soi
  • Rigueur et précision
  • Sens de l’observation
  • Polyvalence et capacité d’adaptation
  • Résistance physique
  • Excellente santé

Cadre professionnel

La nature et la diversité du travail d’un infirmier dépendent d'une série de facteurs, dont notamment le type d’établissement et les différents services.

Dans les hôpitaux, cliniques de jour ou polycliniques, l’infirmier peut prodiguer des soins dans de nombreux services tels que la chirurgie, la médecine interne, la gériatrie, la pédiatrie, l’unité stérile, etc. Il assiste également le médecin lors de consultations et pose des actes techniques dans les services critiques tels que les urgences ou les soins intensifs.

On le retrouve également dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins, dans les entreprises (médecine du travail, par exemple), le secteur pharmaceutique, les milieux d’accueil d’enfants, les soins de santé mentale (hôpitaux psychiatriques, etc.), les organisations internationales et de coopération au développement (Médecins sans frontières, la Croix-Rouge, etc.), les établissements pénitentiaires, les services publics ou encore l'enseignement. L’infirmier peut également intervenir à domicile.

Il est généralement amené à travailler en équipe selon des horaires réguliers ou en roulement de jour ou de nuit. L’infirmier travaille également les week-ends et jours fériés pendant lesquels il assure des gardes. Il peut être généraliste ou choisir de se spécialiser dans un type de pathologie (oncologie, santé mentale, etc.), un public particulier (gériatrie, pédiatrie, etc.) ou des techniques spécifiques (imagerie médicale, salle d’opération, anesthésie, etc.).

Il doit tenir une position debout prolongée et soulever les patients.

Conditions requises

L’exercice de cette profession nécessite d’être titulaire d’un visa délivré par le SPF Santé publique ainsi que d’un numéro INAMI. L’infirmier qui dispose d’une spécialisation, acquise par l’expérience ou par des formations complémentaires, peut demander un agrément auprès des Communautés.

Autres appellations : Infirmier·ère en chef, Infirmier·ère de référence, Infirmier·ère breveté·e, Infirmier·ère hospitalier·ère
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.