L’exploitant agricole est à la fois chef d’entreprise et ouvrier agricole. Il effectue toutes les activités liées à la culture, à la transformation et à la vente du produit de ses terres. Concrètement, il prépare les sols, sème et plante. Il gère le système d’irrigation. Il fertilise et lutte contre les carences, les parasites, les maladies, les plantes adventices et les ravageurs tout au long de la croissance des végétaux. Puis, il récolte le fruit de son labeur. Il entretient les parcelles pendant et entre les cultures (binage [1], sarclage [2], butage [3], etc.).

Selon la taille de son exploitation et le type de culture (agriculture intensive, extensive, biologique ou raisonnée), son activité varie fortement. Il conduit des engins mécaniques et manipule des outils divers. Aussi appelé chef de culture, il planifie dans le temps l’exploitation de ses terres et l’alternance des cultures.

Il se charge également de la vente des produits et de la gestion de son exploitation : entreposage, gestion de stocks, gestion de budget, négociation avec les fournisseurs et les acheteurs, démarches administratives, demandes de subventions… Il suit de près les marchés, la rentabilité de ses terres et s’informe sur l’évolution des techniques, des outils et des matières premières. Il transforme et conserve ses produits dans le respect des normes en vigueur et dans une démarche qualité.

Comme tout producteur de denrées alimentaires, il doit organiser lui-même le contrôle au sein de son entreprise afin de garantir la conformité de ses produits aux exigences dictées par l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). Cette dernière veille au respect des principes repris dans les règlements européens et délivre des agréments et des autorisations aux producteurs. L’inspection concerne la traçabilité des produits, l’hygiène, les maladies, les produits phytosanitaires utilisés, la qualité des produits, leur étiquetage, leur calibrage, la température de conservation, la composition chimique, la radioactivité mais aussi les infrastructures et le personnel.

L’adaptation de l’exploitation aux normes en vigueur (contrôles, autorisations, demandes de subventions, etc.) représente une quantité non négligeable de travail. Autant de points qui garantissent à la fois la qualité de ses produits et de son travail, une source de revenus supplémentaires dans certains cas, mais aussi des entraves dans le développement de son activité.

Il exploite l’environnement en se souciant de préserver l’équilibre naturel puisque son avenir en dépend. Un appauvrissement ou une pollution des sols pourraient causer la fermeture de sa ferme.

C’est grâce à son activité que les hommes et les animaux mangent. Cependant, sa tâche est ingrate et difficile puisqu’il existe une réelle inadéquation entre le cout de production et le prix de vente. Le choix du mode de culture et des végétaux cultivés est crucial pour être économiquement performant.

Le chef de culture est parfois aussi éleveur. De plus en plus souvent, l’exploitant agricole propose aussi le gite et/ou le couvert ainsi que des activités de découverte de sa ferme. Le tourisme rural lui permet de compléter ses revenus.

 

[1]Biner consiste à remuer la terre pour l’ameublir et l’aérer

[2]Sarcler désigne l’action de gratter la terre pour enlever les mauvaises herbes

[3]Buter revient à faire une bute autour du pied de la plante pour le protéger du gel

 

Compétences & actions

  • Respect des normes sanitaires et de sécurité en vigueur (ISO [1], HACCP [2])
  • Souci de l’environnement
  • Amour de la campagne
  • Esprit d’entreprise
  • Capacité d’adaptation
  • Sens de l’observation
  • Sens des décisions
  • Bonne condition physique

 

[1] Organisation internationale de normalisation qui édite des normes dans différents domaines techniques

[2] Hazard Analysis Critical Control Point : méthode et principes de gestion de la sécurité sanitaire des aliments

Savoir-être

  • Connaissance des techniques agricoles
  • Connaissances scientifiques de base (chimie, physique, biologie)
  • Notions de botanique et de pédologie [1]
  • Connaissance du marché
  • Compétences de gestion
  • Connaissances en comptabilité
  • Manipulation et entretien des outils et du matériel agricoles
  • Conduite d’un véhicule et d’engins agricoles
  • Gestion d’équipe

 

[1]Science des sols

Cadre professionnel

Ses activités sont rythmées par les saisons et par le climat. Les cultures étant généralement annuelles, il répète les mêmes actions d’année en année. Il travaille en plein air, par tous les temps, parfois courbé ou dans des postures peu confortables. Son métier est physique. Il manipule des produits et des outils dangereux. A certaines périodes de l’année, son exploitation l’occupe le week-end et la nuit. Dans ces périodes plus intenses, s’il travaille seul, il fait appel à des saisonniers ou à sa famille pour lui donner un coup de main. Les compétences se transmettent encore parfois ainsi, de génération en génération. Les débouchés sont restreints compte tenu de la surface limitée de terres cultivables.

Autres appellations : Agriculteur·rice, Cultivateur·rice

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.