Le géologue est un scientifique de terrain et de laboratoire, qui étudie la Terre en surface et en profondeur : il propose de nouvelles interprétations et théories grâce à son analyse, ses observations et les données recueillies. 

Il étudie la composition, la structure, les propriétés physiques et chimiques, l’origine, l’histoire et l’évolution de notre planète, de son sous-sol, de la croûte terrestre et de ses constituants solides, liquides ou gazeux.

Au moyen du savoir accumulé dans le temps sur l’histoire des sédiments et le mouvement des plaques, il ausculte les entrailles du sol en fonction de la propagation des ondes, des variations du champ magnétique ou gravitationnel. Son expertise permet par exemple de localiser des gisements souterrains exploitables de matières premières énergétiques et minérales : pierres, minéraux (amiante, laine de verre), hydrocarbures, pétrole, charbon, gaz naturel, eau, métaux (or, platine, argent, fer, zinc, cuivre, nickel, plomb, titane), pierres précieuses, etc. Il assure une surveillance géologique d’un site en cours de forage ou d’exploitation (mines, puits de forage, nappes d’eaux souterraines, gisements sous-marins, etc.). Il évalue les possibilités de mise en œuvre et les moyens à déployer pour réaliser de grands travaux de construction ou d’aménagement (sites d’extraction, sites d’enfouissement, construction de routes, etc.). Il analyse des sites/terrains et alerte sur des phénomènes destructeurs potentiels : glissements de terrain, tremblements de terre, tsunamis, éruptions volcaniques, érosion, crues, inondations et conseiller des mesures de prévention contre ces risques. 

Il propose des solutions pour assainir ou préserver les nappes d’eaux souterraines, lutter contre la pollution des sous-sols, traiter les déchets ménagers et industriels (notamment nucléaires) et recycler les matériaux de construction. Ensuite, il analyse en laboratoire les prélèvements, les échantillons et les informations collectés sur le terrain : fragments de roches, fossiles, prélèvements de gaz, prélèvements métalliques, données de sonde, etc. Concrètement, ses recherches trouvent des applications dans des secteurs variés tels que l’énergie, le génie civil, la fabrication de matériaux de construction, la prévention des risques naturels ou l’environnement.

La géologie comporte plusieurs spécialités :

  • la géochimie applique les outils et concepts de la chimie à l’étude de la Terre ;
  • la géodésie est une science à l’origine destinée au tracé des cartes. Cette discipline s’est ensuite attachée à résoudre le problème des dimensions puis de la forme de la Terre ;
  • la géologie planétaire ou exogéologie est une branche de la planétologie qui étudie et analyse les sols et sous-sols d’autres planètes ;
  • la géologie structurale consiste en l’étude des processus par lesquels les forces appliquées aux roches transforment les formes et les structures ;
  • la géomorphologie est une discipline de la géographie physique et des géosciences, qui étudie les formes de reliefs terrestres ;
  • la géophysique étudie la nature et la structure interne de la Terre ou d’autres planètes en utilisant des techniques et des mesures indirectes comme la gravimétrie, le géomagnétisme, la sismologie, le radar géologique et la résistivité apparente ; 
  • l’hydrogéologie ou hydrologie souterraine étudie l’eau souterraine ;
  • la métallogénie étudie les mécanismes de formation des gisements métallifères et définit des outils méthodologiques utilisables par les prospecteurs miniers ;
  • la minéralogie étudie les minéraux ;
  • la morphotectonique est une discipline de la géologie qui étudie les conséquences morphologiques des processus tectoniques et d’érosion ;
  • la paléontologie étudie les restes fossiles des êtres vivants du passé ;
  • la pétrologie ou science des roches s’intéresse aux mécanismes physiques, chimiques ou biologiques qui sont à l’origine de la formation et de la transformation des roches ;
  • la sédimentologie ou pétrologie sédimentaire est une branche de la géologie qui étudie les processus de formation des roches sédimentaires ;
  • la sismologie étudie les séismes et plus généralement la propagation des ondes à l’intérieur de la Terre ;
  • la spéléologie est l’activité qui consiste à étudier les cavités souterraines ;
  • la volcanologie étudie les phénomènes volcaniques, les volcans, geysers, fumerolles, magmas, laves, etc.

Dans la recherche fondamentale, le géologue contribue à faire progresser les connaissances scientifiques sur notre planète et l’évolution de notre environnement. À partir de prélèvement de carottes (une carotte est un échantillon cylindrique de roche obtenu par carottage), il étudie selon sa spécialité les volcans, les formations géologiques, la chimie des roches, etc. En tant que responsable de laboratoire, le géologue peut gérer du personnel scientifique et technique et encadrer des chercheurs, des doctorants et des techniciens de laboratoire. Pour financer ses recherches et acheter le matériel de pointe du laboratoire, il doit introduire des projets, obtenir des bourses et demander des subsides. Les échanges scientifiques tiennent une place importante dans l’activité d’un chercheur : il participe régulièrement à des colloques nationaux et internationaux qui lui permettent de partager ses connaissances et les étoffer. Il consacre également beaucoup de temps à la lecture de publications scientifiques et à la rédaction d'articles visant à faire reconnaître ses travaux. En effet, publier est primordial, car la recherche est un secteur particulièrement compétitif. Pour les publications destinées au grand public, il vulgarisera et simplifiera son propos. Quant au géologue-enseignant, il prépare ses cours puis les dispense dans l’enseignement supérieur.

En géologie appliquée, il étudie la qualité de terrains (nature, résistance) et cherche les ressources naturelles présentes dans les sous-sols (prospection de gisements de minéraux, de combustibles exploitables comme le gaz, l’argent, l’uranium ou des métaux comme le palladium et le rhodium utilisés dans l’industrie automobile). Sa mission peut être orientée vers l’exploration minière et pétrolière ainsi que vers l’évaluation des impacts de l’exploitation d’un gisement au niveau du sol, du sous-sol et des cours d’eau. Il détermine les quantités à exploiter et la durée de vie potentielle du gisement. Il participe aussi à la localisation, l’étude et l’évaluation de phénomènes destructeurs qui peuvent affecter un site d’exploitation. 

Il intervient lors des phases préliminaires d’analyses et de tests de résistance des sols sur les terrains d’installation de grands équipements : routes, tunnels, ponts, barrages, centrales nucléaires, ports, aéroports, lignes ferroviaires, etc. Il effectue des études géologiques concernant les eaux superficielles et souterraines ; il évalue, exploite et protège les ressources en eau et en glace. Il mène des recherches appliquées à la détection et l’exploitation de gisements géothermiques, à la restauration de terrains contaminés, à la protection de l’environnement et des écosystèmes, etc.

 

Compétences & actions

  • Posséder des connaissances approfondies en sciences de la Terre (géologie, géographie, cartographie, géomatique, géochimie, géophysique, géodésie, géotechnique, pédologie, minéralogie, pétrologie, pétrographie, stratigraphie, sédimentologie, glaciologie, climatologie, hydrogéologie, sismologie, tectonique, volcanologie, paléontologie, palynologie) ainsi que de bonnes bases en mathématiques, statistiques, physique, mécanique, métrologie, chimie, biologie, biochimie et microbiologie
  • Maitriser plusieurs techniques de mesure géométriques et physiques (spectrométrie de masse, mesures isotopiques, piézométrie, pressiométrie, scissométrie, granulométrie, diagraphie, trajectographie, etc.)
  • Parler et écrire en anglais, s’exprimer dans une ou plusieurs autres langues étrangères
  • Utiliser des outils de mesure et de détection pointus (microscopes électroniques, microsondes, capteurs d’images satellites, pénétromètre, méthodes de datation absolue, etc.)
  • Maitriser des logiciels de modélisation informatique et de simulation numérique (logiciels de cartographie, de modélisation 2D ou 3D, Système d’Information Géographique - SIG)
  • Interpréter les données issues de relevés, de prélèvements, de photos aériennes, de télédétection par satellites, d’imagerie acoustique
  • Comprendre et anticiper des phénomènes naturels
  • Concevoir des modèles géologiques théoriques et prédictifs, établir une géochronologie
  • Récolter et analyser des échantillons de roches, de sédiments meubles, de fluides, de boues et de laves, notamment au moyen de techniques de carottage
  • Effectuer des analyses du sous-sol, étudier les caractéristiques et la déformation des roches (densité, étendue, composition, géométrie, etc.)
  • Définir et faire évoluer des méthodes de prospection, des moyens techniques et des outils d’exploration des sols et sous-sols
  • Analyser la propagation des ondes sismiques
  • Étudier des nappes phréatiques souterraines et des caractéristiques hydrodynamiques (qualité des eaux, débit, approvisionnement, etc.)
  • Identifier des gisements et réservoirs, évaluer leur potentiel d’exploitation
  • Orienter les travaux de sondage, de forage et d’exploitation minière et pétrolière
  • Déterminer les zones à prospecter, contrôler la conformité des opérations de prospection
  • Réaliser des essais géotechniques, des études de fondations, de tassement ou de stabilité de terrain (glissement, érosion, résistance)
  • Évaluer la vulnérabilité d’un ouvrage (route, pont, bâtiment, barrage, etc.)
  • Établir un diagnostic de risques naturels et d’impacts environnementaux sur une implantation
  • Dessiner des cartes, des profils géologiques, des coupes et sections sismiques
  • Appliquer les règles de sécurité, d’hygiène et de respect de l’environnement
  • Mettre à jour ses connaissances en suivant l’information scientifique, technologique et règlementaire propre à son domaine

Savoir-être

  • Sens de l’observation
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Rigueur et précision
  • Logique et méthode
  • Curiosité scientifique
  • Goût pour la nature
  • Calme et maitrise de soi
  • Initiative et adaptabilité face à l’imprévu
  • Autonomie et esprit d’équipe
  • Aisance relationnelle et communicationnelle
  • Flexibilité et mobilité
  • Habileté manuelle
  • Bonne condition physique et résistance

Cadre professionnel

Si son travail porte sur la recherche fondamentale, le géologue travaille dans des laboratoires universitaires ou des instituts publics de recherche spécialisés dans la détection et l’étude de phénomènes naturels. Dans le secteur privé, on le retrouve au sein d’entreprises d’activités extractives (mines, carrières, compagnies gazières et pétrolières, producteurs de ciments, de chaux, de pierre de taille et de granulats), dans la recherche industrielle et minière (par exemple, pour la prospection, la gestion et la protection de sites d’extraction ou d’eaux souterraines), les études d’incidence environnementale (d’un nouveau site industriel, par exemple). Certains exercent dans le domaine de la construction et du génie civil (études de terrain), dans l’aménagement du territoire, ou dans des bureaux d’études proposant des services de consultance auprès d’opérateurs publics et privés (contrôle et certification, études de risques liés au sol et au sous-sol pour les secteurs du bâtiment, de l’exploitation des ressources naturelles, de l’environnement ou de l’agriculture). Certains exercent au sein d’administrations publiques ou d’organisations internationales (expertise environnementale, prévention des risques naturels, recherches liées aux énergies fossiles et renouvelables, etc.) Enfin, le géologue peut aussi enseigner sa discipline dans l’enseignement supérieur.

Le géologue travaille le plus souvent en équipe interdisciplinaire (géophysiciens, géochimistes, chimistes, biologistes, ingénieurs, techniciens géologues, etc.). Il entretient des contacts avec divers intervenants (chef de carrière, responsable d’exploitations, architecte, etc.). Il peut exercer en tant que salarié ou consultant indépendant, en Belgique ou à l’étranger. Il partage son temps de travail entre le laboratoire et les missions sur le terrain, dans des conditions climatiques parfois difficiles. Ses horaires varient selon les besoins des projets en cours. Il se déplace là où se trouvent les ressources naturelles, parfois pour de longues périodes. Il voyage également pour participer à des colloques et conférences scientifiques. Sur le terrain, le port d’équipements de protection (casque, gants, lunettes et chaussures de sécurité) est souvent requis.

Autres appellations : Chargé·e d'études techniques du sous-sol, Ecogéologue, Géologue d’études, Géologue d’interprétation et de synthèse, Géologue modélisateur·rice, Pétrographe, Pétrologue, Sédimentologue, Technologue en géologie
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus